Travailler par forte chaleur : prévention et formation

 

01 Juin2018

Travailler par forte chaleur peut présenter de réels dangers pour la santé des salariés. Il est donc nécessaire d’évaluer les risques qui y sont liés et d’adapter le travail en conséquence.

 
« S’il n’existe pas de définition réglementaire du travail du travail à la chaleur, pose en préambule le docteur Bernard Siano, chef du Département études et assistance médicale à l’INRS, le plan national canicule 2016 précise que « la vigilance météorologique est matérialisée par une carte de la France métropolitaine actualisée au moins deux fois par jour (à 6h et 16h).
Cette vigilance est déclinée par département. Les quatre niveaux de couleur traduisent l’intensité du risque de canicule auquel la population sera exposée pour les prochaines 24 heures : vert, jaune, orange et rouge ». Ce système a été élaboré à partir d’une analyse fréquentielle de trente années de données quotidiennes de mortalité et de différents indicateurs météorologiques. Cette analyse a permis d’identifier les indicateurs biométéorologiques (IBM), qui sont les moyennes sur trois jours consécutifs (l’IBM du jour J est la moyenne de J, J+1 et J+2) des températures minimales (IBM min) et maximales (IBM max) comme étant les plus pertinents pour identifier les épisodes de canicule en France métropolitaine. Des seuils d’alerte départementaux ont été définis pour ces deux indicateurs, et sont réévalués régulièrement.
Une probabilité élevée d’atteinte ou de dépassement simultané des seuils par les IBM min et max pour un département donné constitue le critère de base de prévision d’une canicule. Cette information est complétée par l’analyse d’indicateurs  plus qualitatifs (intensité et durée de la vague de chaleur, humidité de l’air) et de l’expertise de Météo-France. « Il convient donc de consulter régulièrement les conditions météorologiques et le bulletin d’alerte », ajoute l’expert de l’INRS.
 
Troubles et accidents
Comme le souligne l’INRS, « la canicule ou des conditions inhabituelles de chaleur sont à l’origine de troubles pour la santé voire d’accidents du travail dont certains peuvent être mortels ». Par conséquent, les salariés qui sont amenés à travailler à l’extérieur pendant des périodes de forte chaleur – comme les jardiniers, les salariés du BTP, les ouvriers agricoles, les employés d’entretien et de maintenant des bâtiments… - peuvent être exposés à des contraintes thermiques fortes. En période de canicule, l’ensemble des salariés travaillant ou se déplaçant hors des bâtiments est particulièrement concerné par les risques liés aux fortes chaleurs.
Et les effets des fortes chaleurs sur la santé peuvent être graves. Ils vont de la fatigue aux crampes, en passant par les sueurs, nausées, maux de tête et autres vertiges. Mais ces symptômes plutôt courants et que nous pouvons tous avoir ressentis en période estivale sur notre lieu de vacances peuvent être annonciateurs de troubles plus importants pour des personnes devant effectuer un effort physique en plein soleil. « Ces conséquences d’une exposition à de fortes chaleurs – comme la déshydratation ou le coup de chaleur – peuvent même être mortelles, précise Bernard Siano. Et les effets du travail par forte chaleur sur la santé sont plus élevés quand les personnes ne sont pas acclimatées et lorsque se surajoutent des facteurs aggravants comme l’intensité de la tâche ou le travail en extérieur ».
Par ailleurs, une combinaison de facteurs individuels (état de santé, âge…) et collectifs (organisation et conditions de travail) peuvent ainsi aggraver, ou à l’inverse modérer, les effets de la chaleur sur la santé. Il est particulièrement important que les salariés soient informés des risques liés à la chaleur, des mesures de prévention à adopter et des premiers secours.
 
Que faire en cas de coup de chaleur ? 
Un coup de chaleur peut toujours arriver. Il faut alors réagir vite. Tout d’abord, savoir le reconnaître. Si un collègue présente un des symptômes suivants : grande faiblesse, grande fatigue, étourdissements, vertiges, et s’il tient des propos incohérents, perd l’équilibre, perd connaissance, soyez vigilants. Il peut s’agir des premiers signes d’un coup de chaleur. Il faut donc agir rapidement et efficacement. Il faut donc lui donner les premiers soins et alerter les secours médicaux. Vous devez aussi rafraîchir la personne et la transporter à l’ombre ou dans un endroit frais, lui enlever ses vêtements et asperger son corps d’eau fraîche. Il faut aussi faire le plus de ventilation possible et lui donner de l’eau en l’absence de troubles de la conscience. Tout cela implique évidemment que l’employeur ait fait un l’effort d’informer, de sensibiliser et de former son personnel afin qu’il soit capable de réagit de la manière la plus efficace possible le moment venu…
 
PIC Magazine – mai/juin 2018
 
 
 
 
> Voir toutes les actualités
 

Contactez-nous

Marjorie Dumont-Crisolago

Présidente en charge de la direction commerciale et marketing
Email : md@preventech.net

Laura Gaspard

Chargée de communication
Email : lg@preventech.net

PREVENTECH CONSULTING

4 cité Paradis
75010 Paris

01 44 09 70 44

Contactez-nous

Marjorie Dumont-Crisolago

Présidente en charge de la direction commerciale et marketing
Email : md@preventech.net

Laura Gaspard

Chargée de communication
Email : lg@preventech.net

PREVENTECH CONSULTING

4 cité Paradis
75010 Paris

01 44 09 70 44