Semaine de la qualité de vie au travail

 

01 Août2015

Vers plus d’espaces de discussion en entreprise ?

Parler dans l'entreprise de son travail n’est pas toujours chose aisée. C’est en substance la conclusion d’une enquête réalisée par l’Anact et dont les résultats ont été publiés à la mi-juin, lors du lancement de la semaine de la qualité de vie au travail.

A l’occasion de la douzième édition de la semaine de la qualité de vie au travail qui s’est tenue du 15 au 19 juin et intitulée « Rendons le travail parlant ! », l’Anact a publié une enquête sur les espaces de discussion en entreprise : « Les espaces de discussion au travail. Parler de son travail : comment ? Avec qui ? Pour quelles finalités ? ». « Pourquoi ce sujet ? Nous sommes partis d’un constat partagé par les employeurs et les salariés d’une insuffisance des lieux de dialogue et d’échanges en entreprise », a commenté Hervé Lanouzière, directeur de l’Anact. Parler de son travail en entreprise n’est pas toujours aisé.
L’enquête, réalisée en ligne auprès de 1 000 personnes entre le 23 mars et le 1er avril, a mis en lumière le fait que près d’un salarié sur trois (31 %) estime difficile d’évoquer son travail au sein de l’entreprise. Lorsque des échanges ont lieu, c’est le plus souvent avec les collègues ou le responsable direct. La direction et les membres des fonctions transverses sont des interlocuteurs moins évidents. Ces discussions, essentiellement informelles, portent principalement sur l’ambiance de travail, l’environnement de travail ou encore les difficultés rencontrées au quotidien.

À chaque entreprise son modèle
La mise en place d’espaces de discussion, qui commence à émerger dans certaines entreprises, apparaît comme une possibilité de formaliser de tels échanges. « Un espace de discussion est un temps privilégié, qu’il faut organiser pour que chacun puisse parler de son travail, présente Ségolène Journoud, chargée de mission à l’Anact. La discussion doit être collective, centrée sur le travail, portée par l’organisation et tournée vers l’action. Ces discussions ne doivent pas empiéter sur le dialogue social existant par ailleurs, mais en être complémentaires. Il faut être vigilant quant aux liens avec les instances représentatives. Il n’existe pas un seul type d’espace de discussion, il n’y a pas un modèle standard. »

C’est à chaque entreprise de définir la forme la plus adaptée, en termes de fréquence de réunions (au moins une fois par mois néanmoins), de durée, d’animation et de capacité à décider de certaines orientations (estce un responsable formé à l’animation de tels groupes, une personne externe ?), de sujets abordés… Des expérimentations ont eu lieu dans certaines entreprises et vont être généralisées. « Il nous est apparu dans cette étude qu’avec l’évolution du monde du travail, les temps de discussion ont disparu entre l’échelon stratégique et l’échelon opérationnel dans les entreprises, a conclu Hervé Lanouzière. Créer de tels espaces de discussion peut être un moyen de les retrouver. »


Les résultats de l’enquête sont disponibles sur :
http://www.anact.fr/portal/page/portal/web/publications/NOTINMENU_affichage_document?p_thingIdToShow=42641663

C.R.
Travail & Sécurité juillet/août 2015

 
 
 
 
> Voir toutes les actualités
 

Contactez-nous

Marjorie Dumont-Crisolago

Présidente en charge de la direction commerciale et marketing
Email : md@preventech.net

Laura Gaspard

Chargée de communication
Email : lg@preventech.net

PREVENTECH CONSULTING

4 cité Paradis
75010 Paris

01 44 09 70 44

Contactez-nous

Marjorie Dumont-Crisolago

Présidente en charge de la direction commerciale et marketing
Email : md@preventech.net

Laura Gaspard

Chargée de communication
Email : lg@preventech.net

PREVENTECH CONSULTING

4 cité Paradis
75010 Paris

01 44 09 70 44