QVT « Recherche : outils évaluation conditions de travail ! »

 

01 Avril2016

 
Actrices à part entière en matière de santé, les entreprises ont-elles toutes compris l’intérêt de tout mettre en œuvre pour offrir une bonne qualité de vie au travail à leurs salariés ? Non. Mais elles sont de plus en plus nombreuses à se saisir du sujet.
 
On l’a dit et répété : la santé des collaborateurs a un impact favorable sur la productivité. Et de nombreuses études démontrent qu’une très forte majorité de salariés et de dirigeants estiment que l’entreprise a un rôle primordial à jouer pour contribuer à la bonne santé des collaborateurs et améliorer leur qualité de vie au travail. Autre constat : de plus en plus de dirigeants mettent en place des actions au profit de la santé de leurs collaborateurs, avec des conséquences bénéfiques sur l’ambiance de travail et la situation économique de l’entreprise.
 
La QVT : un facteur différenciant
Il n’est pas simple de calculer un retour sur investissement en matière de qualité de vie au travail. Il existe des études sur le ROI des actions de prévention, réalisées par l’OPPBTP ou l’INRS. Il n’en est pas moins vrai que chaque action engagée pour améliorer les conditions de travail et le vécu des salariés dans l’entreprise aura des conséquences sur l’activité de celle-ci, ne serait-ce qu’en permettant de réduire l’absentéisme, le turn-over, la dégradation des collectifs de travail… Il faut aussi bien comprendre que les maladies professionnelles, les accidents du travail et autres touchent des collègues, des managers, etc. avec lesquels on travaille tous les jours. Les atteintes à leur santé et la dégradation de leurs conditions de travail ont donc un impact direct sur l’ensemble de l’entreprise et son corps social, l’ensemble des personnels.
Autre avantage : une qualité de vie au travail digne de ce nom est un réel atout et participe aujourd’hui à l’image de marque d’une entreprise, au même titre que la qualité de ses produits ou sa réussite économique. C’est un facteur différenciant par rapport à ses concurrents qu’il faut prendre en compte.
 
Patrons et salariés : même combats
Tous les acteurs sont légitimes pour se saisir des questions de QVT. Salariés et dirigeants. Des enquêtes, comme celle réalisée par le cabinet d’étude et de conseil Viavoice en novembre 2015, montrent que les dirigeants et les salariés sont conscients qu’ils sont les premiers acteurs de la qualité de vie au travail, avant les RH, les représentants du personnel ou les serivces de santé au travail. Cela souligne donc le fait que dirigeants et salariés ont compris, dans certaines entreprises, que la qualité de vie au travail était aussi le résultat d’une implication mutuelle. Mais cette prise de conscience requiert la mise en place de leviers : développement de nouveaux outils et process favorisant l’écoute et l’échange entre salariés et dirigeants, communication interne, formations, mesures de suivi de la santé en entreprise, etc.
Ces améliorations peuvent être obtenues via des actions dites traditionnelles mais aussi vie des applications connectées. Les dispositifs de e-santé semblent bien aujourd’hui répondre à de réels besoins, notamment de la part des salariés. Besoin que nous confirme Chritophe Lorieux, président de Santech.
« Les mangers comprennent désormais que l’entreprise est un territoire de santé à part entière et ils recherchent des outils permettant de connecter leurs salariés avec des dispositifs de prévention des risques. C’est ce que nous leur proposons en concevant pour eux des plateformes qui permettent d’améliorer leur vie quotidienne ainsi que celle de leur entourage via l’accès à des applications innovantes dédiées à la santé au travail. Je pense que demain nous verrons de plus en plus souvent des outils comme ceux que nous développons et qui permettent de digitaliser les offres de santé et de prévention ».
 
Les patrons recherchent de nouveaux outils
De plus en plus de managers et patrons sont convaincus que la qualité de vie au travail est une dimension importante de leur mission. A l’image de Marc Violette, responsable du Cates de la MAIF de Marseille. Ce manager a déployé dans le centre d’appels sous sa responsabilité des bornes interactives qui permettent de connaître chaque jour la qualité de vie au travail et la satisfaction de ses 60 collaborateurs. « Etant très attentif aux évolutions qui m’entourent, je me suis intéressé à Qwesteo, une solution de borne interactive plutôt dédiée aux lieux de vente à priori. Il est extrêmement difficile de collecter du « feedback » pouvant être exploité directement sur nos centres d’appel dans le cadre du pilotage du bien-être explique Marc Violette, responsable du Cates de Marseille. Il fallait donc innover sur la collecte d’avis à chaud et proposer aux conseillers un outil ludique, rapide et surtout anonyme ». Marc Violette n’est pas un cas isolé. Patrons et managers cherchent des solutions qui leur permettent de mesurer et d’améliorer la qualité de vie au travail du personnel.  Car comme le souligne Sébastien Lerouge, co-fondateur d’Eval & Co et Qwesteo, « aujourd’hui, toutes les sociétés doivent interroger leurs salariés afin de connaître leurs conditions de travail ou mesurer l’impact d’une initiative. Cette écoute est primordiale. Il faut repenser le modèle incentive, en arrêtant de se baser sur des objectifs chiffrés mais plutôt de s’orienter sur la qualité de travail comme vecteur de performance ». Point de vue que partage Vincent Dafourd, P.-D.G de Chèque santé : « Nous assistons à une vraie prise de conscience de la part des entreprises qui recherchent des solutions innovantes et flexibles pour proposer d’accès aux soins et à des professionnels de la prévention et de la santé à leurs collaborateurs. Chèque Santé est né de ce constat. Nous avons mis en place un réseau de 27 000 experts – ergonomes, ergothérapeutes, psychologues, médecins, dentistes, ostéopathes, addictologues  – auxquels peuvent accéder les salariés qui bénéficient du chèque santé. La procédure est assez simple. Il suffit à l’employeur, après avoir souscrit un abonnement chez nous, de fournir une carte de paiement privative ou carnet de chèques, à l’instar des chèques cadeaux par exemple, pour que le collaborateur puisse accéder qui il le souhaite à nos experts ».
 
PIC Magazine – mars/avril 2016
 
 
 
 
> Voir toutes les actualités
 

Contactez-nous

Marjorie Dumont-Crisolago

Présidente en charge de la direction commerciale et marketing
Email : md@preventech.net

Laura Gaspard

Chargée de communication
Email : lg@preventech.net

PREVENTECH CONSULTING

4 cité Paradis
75010 Paris

01 44 09 70 44

Contactez-nous

Marjorie Dumont-Crisolago

Présidente en charge de la direction commerciale et marketing
Email : md@preventech.net

Laura Gaspard

Chargée de communication
Email : lg@preventech.net

PREVENTECH CONSULTING

4 cité Paradis
75010 Paris

01 44 09 70 44