Prevention - Comment réussir sa journée sécurité ?

 

01 Mars2018

Le 28 avril 2018, aura lieu la journée mondiale de la sécurité. Il s’agit de l’occasion idéale pour faire briller la prévention au sein de votre entreprise. Mais comment réussir cet évènement ? Quels sont les pièges à éviter ? Comment faire durer les effets de la Journée sécurité dans le temps ?

 
L’objectif d’une journée sécurité est de marquer les esprits en proposant aux collaborateurs un « temps fort » impactant qui place la prévention au cœur des priorités de l’entreprise. Il s’agit d’un moment fédérateur qui favorise le partage et l’échange autour de thèmes HSE incontournables. Un safety day est une occasion parfaite pour montrer la sécurité autrement, pour générer de l’envie et de l’adhésion. Mais, pour atteindre ces objectifs, il y a plusieurs pièges à éviter…
 
Quels sont les pièges à éviter ?
 
Piège n°1 : une plénière qui endort le public
Très souvent, les journées sécurité débutent par une plénière. Ce moment est très important pour donner le ton de la journée et impliquer de façon positive la direction. Mais attention ! De nombreux préventeurs organisent des plénières de plus d’une heure trente. Or au-delà de 45 minutes, les salariés décrochent et ne sont plus attentifs : arrive alors le « syndrome smartphone » ou le « syndrome papotage ». Cela arrive d’autant plus lorsque le public est une population de terrain, peu habituée aux longues réunions ou conférences professionnelles. Nous vous conseillons donc de réaliser des plénières courtes de moins de 45 minutes et de ne pas sombrer dans les présentations PowerPoint. Pour sortir de l’ennui : pensez au théâtre par exemple !
 
Piège n°2 : une journée déséquilibrée
Une bonne journée sécurité est, selon nous, une journée sécurité qui trouve le juste équilibre entre :
> L’attractivité : les collaborateurs prennent du plaisir, s’amusent, garderont un bon souvenir de la journée.
> L’efficacité : les collaborateurs ont grandi en prévention, ils retiennent des messages forts et mettent en place des actions après l’évènement.
Souvent, nous avons un déséquilibre fort qui conduit soit à :
> La journée que nous appelons « ouaf ouaf », c’est-à-dire la journée qui est plus axée sur la forme que sur le fond, où le jeu est très présent mais sans véritable objectif pédagogique. Nous voyons parfois des entreprises mettre de gros budgets sur ce type de journée.
> La journée trop « sérieuse » où nous avons de très longs moments de « conférences », beaucoup de rappels, de messages descendants.
 
Piège n°3 : une journée marathon
Beaucoup de préventeurs souhaitent être exhaustifs sur ce type d’évènements. Nous obtenons donc des journées sécurité avec cinq, six, voire sept thèmes différents, avec des ateliers de moins vingt minutes. Les collaborateurs vont alors devoir « digérer » sept messages-sujets différents dans un moment court. Malheureusement, ils ne retiendront que très peu d’éléments. 
Nous préconisons de choisir au maximum quatre thèmes pour une journée sécurité. De la même façon, nous conseillons de ne pas réaliser d’ateliers de moins de 35 minutes. L’idéal étant de réaliser des ateliers de 45 minutes à 1 heure. Quand les formats d’ateliers sont trop courts, les collaborateurs passent d’atelier en atelier, sans avoir le temps de s’imprégner du sujet et de l’approche.
 
Comment bien préparer votre journée ?
 
En amont de chaque évènement, il est essentiel de bien cibler les objectifs et les messages-clés à faire passer. Nous vous conseillons de choisir deux à cinq thèmes à aborder au cours de la journée, correspondant aux risques majeurs auxquels sont confrontés vos collaborateurs. L’organisation logistique est un point essentiel dans la réussite de votre journée :
> Le lieu : souhaitez-vous un évènement plutôt sur site ou sur un site extérieur ? Quels sont les espaces et les salles disponibles pour vous accueillir ?
> La cible : quel accès allez-vous donner à journée ? Un accès libre ou une inscription préalable ? Combien de personnes sont concernées par cette journée ? Doit-on créer des groupes en amont ? 
> Les horaires : pensez-vous plutôt à des demi-groupes sur des demi-journées, ou un groupe entier sur une journée entière ? Pensez-vous à arrêter la production ou non de la société pendant cet évènement ?
> Les  ressources humaines : qui pilote le projet ? Quelle est l’implication des salariés dans l’organisation ?
> Les ressources matérielles nécessaires : sont-elles disponibles au sein de l’entreprise ? Faut-il prévoir du matériel de location ?
> L’enveloppe budgétaire est essentielle pour optimiser les moyens mis à disposition. Elle permettra de définir les orientations de votre évènement.
Il faut absolument privilégier une approche participative pour une meilleure mémorisation et adhésion. Plus vos collaborateurs seront acteurs de cet évènement, plus ils en retiendront les messages véhiculés. Cette participation active est également le garant de l’adhésion à la politique prévention.
 
Fabrice Reboullet, expert en stratégie prévention, conférencier et directeur de Gaphito Prévention.
PIC Magazine – janvier/février 2018
 
 
 
 
> Voir toutes les actualités
 

Contactez-nous

Marjorie Dumont-Crisolago

Présidente en charge de la direction commerciale et marketing
Email : md@preventech.net

Laura Gaspard

Chargée de communication
Email : lg@preventech.net

PREVENTECH CONSULTING

4 cité Paradis
75010 Paris

01 44 09 70 44

Contactez-nous

Marjorie Dumont-Crisolago

Présidente en charge de la direction commerciale et marketing
Email : md@preventech.net

Laura Gaspard

Chargée de communication
Email : lg@preventech.net

PREVENTECH CONSULTING

4 cité Paradis
75010 Paris

01 44 09 70 44