Le chômage : facteur de surmortalité ?

 

01 Novembre2018

Un rapport inédit de l’association Solidarités nouvelles face au chômage (SNC) tire la sonnette d’alarme sur la dégradation de la santé physique et mentale des demandeurs d’emploi. Une situation précaire susceptible d’entraîner un risque de mortalité bien plus élevé que pour le reste de la population.

 
CDD à répétition, carte bancaire bloquée, CV restés sans réponse, file d’attente à Pôle emploi, proposition de « bullshit jobs »... il est bien connu que le chômage est une condition peu enviable - même honteuse pour certains. Or, d’après la récente étude de l’association Solidarités nouvelles face au chômage (SNC) intitulée « la santé des chercheurs d’emploi, un enjeu de santé publique », cette situation aurait des effets bien plus néfastes sur la santé des demandeurs d’emploi qu’on ne pourrait le penser. Le point sur ce sujet tabou sur lequel très peu de chercheurs ont eu le courage de se pencher.
 
Une intermittence décourageante des périodes sans emploi
 
Tout d’abord, l’étude montre que la plongée dans le chômage entraîne un rythme de vie bien particulier qui impose une succession de demandes à Pôle emploi et décrochages de petits jobs sans avenir : « La récurrence de l’alternance entre CDD de plus en plus courts et périodes de chômage enferme une proportion toujours plus importante d’actifs dans une situation de grande précarité, avec ses lourdes conséquences sur tous les aspects de la vie et notamment la santé », estime Gilles de Labarre, président de l’association.
 
Souffrance psychique et privation de soin
 
Face à ce rythme épuisant mentalement, c’est le moral qui trinque le premier : stress, sentiment de honte, anxiété... 34% des personnes interrogées dans l’étude, ayant déjà connu le chômage, reconnaissent avoir subi une dégradation de leur état de santé ainsi qu'une vulnérabilité psychique liée à la situation. Résultat : le mode de vie commence à changer et les comportements à risque apparaissent. Faute de moyens financiers mais aussi de motivation personnelle, ces demandeurs d’emploi, comme préfère les qualifier l’association, plongent dans une spirale de dépréciation de soi dont certains marqueurs sont typiques. A commencer par une alimentation moins saine, une baisse de l’activité physique ou encore le risque de tomber dans des addictions plus ou moins dangereuses. C'est justement cette privation de soin qui peut provoquer différentes maladies chroniques. D’après Pierre Meneton, chercheur à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), le chômage entraînerait des maladies cardiovasculaires telles que l’infarctus du myocarde, l’insuffisance cardiaque, les accidents vasculaires cérébraux, voire des cancers. Une situation d’autant plus grave que certains demandeurs d’emploi, victimes d’une condition trop précaire, en arriveraient à renoncer aux soins médicaux dont ils ne peuvent payer les frais. C’est donc la double peine.
 
10 000 décès par an
 
Les chiffres qui en résultent sont alarmants. D’après l’Inserm, « les chômeurs ont une surmortalité de 300% par rapport au reste de la population », soit 10 000 à 14 000 décès « imputables » chaque année au chômage. Outre les maladies induites par cette condition particulière, le rapport évoque également des cas de suicides dus à l’angoisse, le stress et la dépréciation personnelle.
 
Des dispositifs pour protéger les demandeurs d’emploi
 
Pour l’association, cette situation n’est pourtant pas sans issue. Certains dispositifs pourraient soulager les demandeurs d’emploi, tels que l’amélioration de leur couverture sociale ou des campagnes de sensibilisation aux risques, notamment pour éviter l’isolement. Pour concrétiser ces mesures, l'association en appelle aux pouvoirs publics afin de réaliser une « conférence de consensus ». Le but étant, par exemple, de sécuriser l’intermittence des périodes sans emploi durant lesquelles il pourrait être judicieux d’organiser des formations.
 
Ségolène Kahn
Infoprotection.fr – 05.10.2018
 
 
 
 
> Voir toutes les actualités
 

Contactez-nous

Marjorie Dumont-Crisolago

Présidente en charge de la direction commerciale et marketing
Email : md@preventech.net

Laura Gaspard

Chargée de communication
Email : lg@preventech.net

PREVENTECH CONSULTING

4 cité Paradis
75010 Paris

01 44 09 70 44

Contactez-nous

Marjorie Dumont-Crisolago

Présidente en charge de la direction commerciale et marketing
Email : md@preventech.net

Laura Gaspard

Chargée de communication
Email : lg@preventech.net

PREVENTECH CONSULTING

4 cité Paradis
75010 Paris

01 44 09 70 44