Le bureau dynamique face aux considérations sociales

 

01 Novembre2017

La tendance du flex office gagne les entreprises, mais avant de se laisser tenter, celles-ci doivent se poser la question de l’adaptation de ce mode d’organisation spatiale avec un besoin naturel des employés : l’appropriation de leur espace de travail.

Importance de l’appropriation de l’espace de travail

Malgré la généralisation des open space, les sociologues affirment qu’avoir un espace à lui, même de dimensions restreintes, reste essentiel pour le salarié. Il semble même que le territoire soit pour chacun un élément de son identité, notamment dans la façon dont ces quelques mètres carrés sont aménagés. 
 
Car l’entreprise choisit une organisation spatiale répondant aux impératifs de son activité. Mais pour ceux qui y travaillent, le bien-être passe par l’appropriation de l’espace. Et ce processus se traduit notamment par sa personnalisation au moyen d’objets personnels, comme un moyen de créer un sentiment d’intimité.
 
Multiplication des objets personnels sur les bureaux
L’école de design de Cologne a confié à une équipe le soin d’observer 686 bureaux de salariés au sein d’entreprises réparties dans 11 pays. Au total, 9246 objets n’ayant aucune fonction professionnelle (plantes, friandises, cadres photo, figures et autres souvenirs…) ont été recensés. 
 
Les 351 bureaux féminins étudiés accumulent la majorité de ces articles non corporate, puisqu’ils étaient jonchés de 5885 objets, contre 3361 pour les bureaux masculins. Le secteur d’activité aussi influe sur le nombre d’objets personnels relevés sur les bureaux. Ainsi, même dans les call center, pourtant réputés très impersonnels, chaque bureau comporte 7 objets ; le nombre augmente à 12 et 17 respectivement dans le domaine de la banque/assurances et les zones affectées aux créatifs et aux designers. 
 
Autant de chiffres qui montrent à quel point des objets, même en apparence anodins, revêtent une symbolique forte et influent sur l’épanouissement des salariés.
 
Approche faussée des entreprises ?
Il reste que trop d’entreprises mettent ces considérations de côté, focalisées qu’elles sont sur l’aspect formel de l’aménagement et sur l’image qu’elles souhaitent véhiculer, aux employés comme aux visiteurs des lieux, celle d’une organisation moderne et efficace.  
 
De cette politique découlent des concepts comme le clean desk, qui empêche pourtant le déroulement naturel du processus d’appropriation de l’espace de travail et le développement du sentiment d’appartenance chez les individus.
 
Pistes pour l’appropriation de bureaux dynamiques par les salariés 
Pour éviter la perte d’identité et l’isolement des salariés, l’appropriation des espaces doit rester au cœur des préoccupations des dirigeants. Ainsi, l’aménagement du poste de travail doit faire l’objet de débats réguliers en fonction des impératifs du métier et des considérations sociales. 
 
Par ailleurs, responsabiliser les salariés pour devenir de véritables coproducteurs de leur espace de travail. 
 
Enfin, les entreprises doivent s’affranchir de la recherche d’homogénéité des conditions de travail. Surtout face au besoin croissant de mobilité, le bureau dynamique est mieux adapté, répondant à la fois aux contraintes du métier et aux besoins de l’homme.
 
Pour relever le défi, les lumières des chercheurs en sciences sociales, anthropologues… seront sans nul doute précieuses pour les entreprises.
 
Preventech Consulting - novembre 2017
 
 
 
 
> Voir toutes les actualités
 

Contactez-nous

Marjorie Dumont-Crisolago

Présidente en charge de la direction commerciale et marketing
Email : md@preventech.net

Laura Gaspard

Chargée de communication
Email : lg@preventech.net

PREVENTECH CONSULTING

4 cité Paradis
75010 Paris

01 44 09 70 44

Contactez-nous

Marjorie Dumont-Crisolago

Présidente en charge de la direction commerciale et marketing
Email : md@preventech.net

Laura Gaspard

Chargée de communication
Email : lg@preventech.net

PREVENTECH CONSULTING

4 cité Paradis
75010 Paris

01 44 09 70 44