Le bruit est devenu un problème de santé publique

 

01 Décembre2017

Le risque auditif est devenu un problème de santé publique reconnaît l’OMS. C’est aussi l’un des premiers risques professionnels dans l’industrie et la construction. Cette reconnaissance est un fait important. Il faut accroître la prise de conscience des personnes et des travailleurs à ce risque important.

 
Le tout dernier règlement européen (UE) 2016/425 concernant les équipements de protection individuelle (EPI), montre que les bruits nocifs sont désormais considérés comme un risque sanitaire irréversible. Les équipements de protection auditive passeront alors de la catégorie II à la catégorie III au sein du classement des types de risques, ce qui signifie qu’ils devront passer des tests plus stricts pour assurer leur conformité et leur homologation.
 
Cette réévaluation de la protection auditive offre une excellente occasion de sensibilisation à ce problème important sur le lieu de travail et souligne le besoin d’une protection appropriée et d’une formation efficace.
 
L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a identifié la perte auditive due au bruit comme la blessure permanente et évitable la plus courante dans le monde, et l’acouphène comme le troisième trouble médical non mortel le plus grave pour les humains.
 
L’exposition au bruit est devenu pratique courante dans de nombreux domaines de la vie moderne. Il n’est pas surprenant que l’OMS estime qu’1,1 milliard de jeunes dans le monde pourraient risquer une perte auditive en raison de pratiques d’écoute dangereuses. Les jeunes d’aujourd’hui deviendront bientôt les travailleurs de demain. Malheureusement, nombre d’entre eux pourraient commencer leur carrière en souffrant déjà d’un certain degré de perte auditive, c’est pourquoi une éducation en termes de pratiques d’écoute sûres doit avoir lieu dès l’enfance.
 
La protection contre le risque auditif
L’adoption par l’UE de nouveau règlement sur les EPI qui, après une période de transition de deux ans, remplacera la directive UE le 21 avril 2018, est une étape importante car elle réévalue l’importance de la protection auditive. Il reflète également les avancées qui ont été constatées en termes de technologie et de processus depuis l’entrée en vigueur de la directive, notamment l’amélioration des produits auditifs. Le nouveau règlement est un acte législatif contraignant qui s’appliquera intégralement dans toute l’UE.
 
Plutôt que de se concentrer uniquement sur les fabricants, le nouveau règlement s’appliquera à la chaîne d’approvisionnement dans sa totalité, dont les distributeurs et les revendeurs. Dorénavant, tout le monde devra prendre les mesures nécessaires pour s’assurer que les EPI respectent les normes les plus récentes. L’introduction d’une période de validité de cinq ans sur les attestations d’examen CE est aussi importante, car cela implique des évaluations de la qualité des EPI plus strictes et plus régulières.
 
La classification de certains EPI fait également l’objet d’un changement fondamental. Le règlement maintient les trois niveaux de catégorie de la directive UE. Cependant, il associe maintenant les EDPI aux risques plutôt qu’aux différents équipements. La protection auditive, qui appartenait auparavant à la catégorie II et aux risques intermédiaires, est passée en catégorie 3 et fait référence au « bruit nocif » et aux « dommages irréversibles pour la santé ». En effet, l’UE a reconnu que la perte auditive était un problème majeur susceptible d’avoir des répercussions importantes sur la santé des travailleurs. Espérons que cela incitera les responsables de la sécurité à accéder au soutien dont ils ont besoin en matière de formation pour s’assurer que les travailleurs sont correctement équipés pour travailler dans des environnements bruyants. Le rôle des fabricants peut alors s’avérer décisif.
 
Pour une culture du risque auditif
Le nouveau règlement offre aux fabricants l’occasion de sensibiliser à l’importance des mesures de protections auditive efficaces. Le point de départ consiste à établir une culture qui valorise réellement l’audition sur le lieu de travail.
Il est indispensable que les employeurs s’assurent que les travailleurs sont bien conscients des risques pour leur santé et offrent une formation efficace, appuyée par des mises à niveau régulières, pour empêcher des dommages auditifs irréparables et  irréversibles. Car la perte auditive sur le lieu de travail est totalement évitable.
Proposer aux travailleurs des outils éducatifs qui leur permettent de ressentir l’importance de l’audition et ce qu’ils risquent de perdre s’ils ne se protègent pas suffisamment peut avoir un impact vraiment positif sur les comportements.
Le recours à des fichiers audio et à des vidéos pour démontrer les symptômes de la perte auditive, et à des réunions de sécurité pour aborder les problèmes accroit la sensibilisation à la protection auditive et définit le cadre de la formation. 
 
Un certain nombre d’études démontrent également qu’une formation individuelle est la solution la plus efficace pour déterminer les niveaux d’atténuation individuels. Il n’y a pas de taille unique pour les bouchons d’oreilles, car les oreilles de chacun diffèrent énormément, les oreilles d’une même personne pouvant être différentes. Toutes les sociétés devraient donc offrir au moins quatre types différents de bouchons d’oreilles de différentes tailles : petits, moyens, grands et très grands. Il est essentiel, dans le cadre de chaque formation, qu’un professionnel examine l’oreille d’un travailleur et offre des conseils quant à la taille et à la forme du bouchon d’oreille adapté.
 
Enfin, une des méthodes les plus courantes de l’industrie pour mesurer l’atténuation en situation réelle pour les travailleurs portant des bouchons d’oreilles est le Single Number Rating (SNR). Cependant, grâce au développement de nouvelles technologies impliquant des essais d’ajustement et un suivi de l’exposition au bruit, les sociétés peuvent obtenir des informations plus précises sur le niveau réel d’exposition au bruit pour les travailleurs sur le chantier. Certaines technologies peuvent activer un essai d’ajustement automatique au démarrage qui indique à l’utilisateur quand sa protection auditive est correctement ajustée. Ces technologies surveillent également l’exposition continuelle au bruit du travailleur, et alertent l’utilisateur lorsque le niveau d’exposition au bruit acceptable a été atteint.
 
Sensibiliser au besoin d’une protection auditive efficace est certainement le plus important, car cela peut aider la main d’œuvre de demain. Ainsi, lorsque les jeunes intègreront le marché du travail ils auront probablement des attentes plus élevées envers leurs employeurs et la protection qu’on devrait leur offrir.
Olivier Touchais (Directeur Monde Sécurité générale chez Honeywell Industrial Safety)
 
Préventique – novembre 2017
 
 
 
 
> Voir toutes les actualités
 

Contactez-nous

Marjorie Dumont-Crisolago

Présidente en charge de la direction commerciale et marketing
Email : md@preventech.net

Laura Gaspard

Chargée de communication
Email : lg@preventech.net

PREVENTECH CONSULTING

4 cité Paradis
75010 Paris

01 44 09 70 44

Contactez-nous

Marjorie Dumont-Crisolago

Présidente en charge de la direction commerciale et marketing
Email : md@preventech.net

Laura Gaspard

Chargée de communication
Email : lg@preventech.net

PREVENTECH CONSULTING

4 cité Paradis
75010 Paris

01 44 09 70 44