« Le présentéisme coûterait en France entre 13,8 et 25,1 milliards d'euros »

 

01 Juin2016

Interview du fondateur et dirigeant du cabinet Midori Consulting. Psychologue de formation et docteur en gestion des entreprises, Matthieu Poirot est spécialisé dans la qualité de vie au travail, le leadership et le développement organisationnel notamment pour le secteur de la presse, des médias et de la publicité.

 
Qu'est-ce que le présentéisme ?
Cela désigne des situations où le salarié est physiquement au travail alors que son état physique, mental ou sa motivation (ces trois critères peuvent d'ailleurs se combiner) ne lui permet pas d'être pleinement productif. Les causes les plus fréquentes sont une fatigue intense liée à des difficultés personnelles ou professionnelles, un sur-investissement au travail ou encore une grande insatisfaction du salarié vis-à-vis de sa qualité de vie au travail qui le conduisent à une démotivation intérieure, appelée aussi ''démission intérieure''.
 
En quoi ce phénomène représente-t-il un risque pour l'entreprise ?
Les études que je réalise tous les trois ans auprès de mes clients montrent une baisse importante de la qualité de travail réalisé ainsi qu'une augmentation du risque d'accidents et de conflits. Surtout, le présentéisme génère une perte de productivité liée au fait que, si la personne est malade ou démotivée, elle est absente dans sa tête. Par ailleurs, le présentéisme coûte plus cher que l'absentéisme car l'entreprise paie un salaire de présence au travail alors que le salarié n'est pas productif. Tandis que, dans le cas d'absentéisme, le salarié est en général pris en charge par la sécurité sociale. Surtout, dans le cas d'une longue absence du salarié, l'employeur finit par se réorganiser afin de limiter la baisse de productivité.
 
Quel est le coût du présentéisme pour les entreprises ?
En France, le taux d'absentéisme s'élève à 4,59% selon le baromètre national 2014 établi par le cabinet Ayming. D'après mes calculs, 1% d'absentéisme trouve un équivalent de 1,4%  à 2 % de présentéisme. Le coût de ce dernier représenterait, d'après mes études économétriques, entre 0,42% et 0,54 % de la masse salariale . Au final, le taux du présentéisme se situerait  entre 6,42% et 9,1% et son coût pour les entreprises oscillerait entre 2,69% (hypothèse basse) à 4,91 % (hypothèse haute) de leur masse salariale. Rapporté à l'échelle de la France, sur une masse salariale globale de 528 milliards d'euros en 2014, le coût du présentéisme s'élèverait donc à un niveau compris entre  13,8 milliards d'euros (hypothèse basse) et 25,1 milliards d'euros (hypothèse haute).
 
Quels sont les secteurs les plus touchés ?
Ce phénomène est directement corrélé aux risques psychosociaux (RPS). Les secteurs les plus touchés sont les services, le transport et la santé. Le secteur médico-social (maisons de retraites, hôpitaux et autres activités du secteur sanitaire, etc ) est en effet très touché. En revanche, le secteur du BTP est moins concerné même s'il existe d'autres problématiques plus physiologiques. Idem pour le secteur des l'industrie car la machine prend le pas. Là où le coût du présentéisme est le plus impactant, c'est dans les activités à haute valeur ajoutée comme la recherche, la presse ou encore le conseil où les salaires sont élevés. Du coup, lorsqu'un service entier est en difficulté, cela représente un coût caché colossal pour l'entreprise.
 
Comment y remédier ?
Il faut motiver les salariés. Là où c'est compliqué, c'est qu'il faut retravailler les modèles managériaux qui datent de l'époque où les systèmes de motivation reposaient sur le bâton et la carotte. Cela nécessite de manager les équipes par la performance durable, la qualité de vie au travail et l'efficacité. Ce sont des thèmes que les responsables ne prennent pas suffisamment en compte par manque de formation et d'outils. Les bilans en matière de qualité de vie au travail (QVT) que nous avons réalisés avec nos clients ont montré un lien systématique entre absentéisme, présentéisme et qualité de vie au travail. Pour faire baisser le présentéisme, nos études montrent qu'il faut agir sur la quantité de travail, la pression du temps, la charge mentale et émotionnelle du travail.Outre le fait d'agir sur la régulation de la charge de travail, il faut aussi agir sur la reconnaissance à la fois symbolique et financière et sur les évolutions de carrière. Nos évaluations montrent qu'en intervenant sur la qualité de vie au travail, le présentéisme peut baisser de 30%.
 
Propos recueillis par Eliane Kan
www.info.expoprotection.com - 16/05/2016
 
 
 
 
> Voir toutes les actualités
 

Contactez-nous

Marjorie Dumont-Crisolago

Présidente en charge de la direction commerciale et marketing
Email : md@preventech.net

Laura Gaspard

Chargée de communication
Email : lg@preventech.net

PREVENTECH CONSULTING

4 cité Paradis
75010 Paris

01 44 09 70 44

Contactez-nous

Marjorie Dumont-Crisolago

Présidente en charge de la direction commerciale et marketing
Email : md@preventech.net

Laura Gaspard

Chargée de communication
Email : lg@preventech.net

PREVENTECH CONSULTING

4 cité Paradis
75010 Paris

01 44 09 70 44