« Au poste de travail, un bon éclairage est un facteur clé de la satisfaction et du rendement des travailleurs »

 

01 Juillet2017

L’éclairage des locaux de travail est soumis à de nombreuses réglementations et recommandations, imposant des valeurs limites indispensables à respecter. Les obligations de l’employeur, du maître d’œuvre et du maître d’ouvrage y sont définies de manière précise. 

 
L’éclairage des locaux de travail doit permettre de :
- faciliter l’exécution d’une tâche : c’est la notion de performance visuelle.
- assurer le bien-être : c’est la notion fondamentale du confort visuel.
Il faut absolument veiller à :
- une bonne qualité de la lumière émise par les sources
- une uniformité de l’éclairement 
- et à l’équilibre des luminances pour éviter les éblouissements notamment.
 
A la place de travail, l’éclairage artificiel représente souvent la seule source de lumière disponible  et exerce un rôle très important sur le confort et le bien-être, mais également sur l’énergie et la productivité de chacun. Vous l’avez certainement remarqué : travailler dans la pénombre incline directement vers le sommeil, tout comme se concentre en plein soleil engendre des maux de tête et des irritations oculaires.
La lumière naturelle est économique, elle permet de réduire les coûts d’électricité. En optimisant l’utilisation de la lumière naturelle, il est possible d’améliorer la répartition de la lumière sur le lieu de travail. Ces mesures, rentables à long terme, sont très efficaces pour améliorer la productivité et le confort du personnel. Favoriser le travail en lumière naturelle, c’est aussi respecter l’environnement. Associer la lumière naturelle à des éclairages artificiels permet d’améliorer l’éclairage du lieu de travail.
 
Quelques recommandations issues d’une collaboration entre le Bureau international du travail (BIT) et l’Association internationale d’ergonomie (IEA) : « En matière d’éclairage des lieux de travail »
Eviter les importantes variations de luminosité sur le lieu de travail dues à une distribution inégale de la lumière et à une mauvaise réflexion.
Prévoir un éclairage uniforme de la zone de travail pour éviter de trop grandes variations de luminosité.
Les importantes variations de luminosité exigent une adaptation visuelle qui est progressive et fatigante. Il est donc plus agréable de travailler dans une pièce dépourvue de telles variations.
Il est important de supprimer les lumières scintillantes qui provoquent gêne et fatigue oculaire. Elles peuvent même avoir des effets dangereux chez les personnes souffrant d’épilepsie. 
Les surfaces de travail avec des ombres trop marquées provoquent une baisse de la qualité du travail et de la productivité, une astreinte visuelle, une fatigue, voire des accidents. Il faut donc supprimer les ombres. Supprimer les groupes isolés de lumières brillantes. Ils ne sont pas économiques et perturbent l’éclairage uniforme du lieu de travail. Si possible, changer la hauteur ou la position de certains éclairages, ou encore ajouter certains éclairages pour uniformiser la lumière. Tout en favorisant la lumière naturelle, éclairer les endroits éloignés des fenêtres.
 
Pour obtenir une illumination uniforme, et une meilleure visibilité, associer éclairages directs et une bonne réflexion de la lumière. Les lampes utilisées ont-elles une ouverture vers le haut ? – Pour éviter l’effet de scintillement (stroboscopique) désagréable des lampes fluorescentes, utiliser des tubes fluorescents à haute fréquence ou un courant triphasé relié à différents tubes fluorescents. Si ce n’est pas suffisant, couvrir les deux extrémités des tubes sur environ 10 cm de chaque côté pour masquer les scintillements à cet endroit.
 
Pour un éclairage général, plus les sources lumineuses sont placées en hauteur, plus la lumière est uniforme et mieux elle est distribuée. La quantité de lumière se mesure sur une surface, en général à sa place de travail et à la hauteur standard de 76 cm d’une table de bureau.
 
Lorsqu’on parle d’un « bon » éclairage, on entend un degré d’illumination suffisant pour voir les textes imprimés, écrits à la main ou affichés à l’écran.
Quels sont les défis que l’ordinateur présente en matière d’éclairage ? L’écran lui-même source de lumière n’a donc pas besoin d’être éclairé par une source externe, mais il peut lui-même causer l’éblouissement si ses niveaux de luminosité et de contraste ne sont pas réglés comme il se doit.
Il y a ensuite la difficulté qui tient au fait que dans la plupart des bureaux, il est nécessaire de travailler en même temps à l’écran et sur papier. Les documents sur papier ont besoin de plus d’éclairage que l’écran.
 
Une lampe d’appoint peut servir pour éclairer suffisamment les textes sur papier sans produire trop de lumière près de l’écran. La qualité de l’image à l’écran est un autre facteur important. L’œil du travailleur devient en effet surmené par les efforts soutenus qu’il doit faire pour interpréter des caractères trop petits, embrouillés ou autrement difficiles à lire.
 
Autres effets nuisibles sur la vue ?
Autres exemples de risques professionnels affectant le confort visuel :
  • Fixation soutenue du regard à une distance rapprochée ;
  • Eblouissement par la lumière non atténuée des luminaires ;
  • Eclairage inadéquat sans variation du niveau d’illumination ;
  • Disposition inappropriée des postes de travail (dimensions, emplacements) ;
  • Faible humidité ambiante ;
  • Vision non corrigée,
  • Uniformité des couleurs environnantes.
 
Les gens qui se sentent éblouis ou dont la vison ne correspond pas aux tâches qu’ils doivent effectuer ont tendance à faire des mouvements compensatoires. En plus d’ajouter à la charge visuelle, les postures contraignantes ainsi adoptées accentuent la fatigue posturale, ce qui provoque des lésions musculo-squelettiques.
 
Réduire l’inconfort oculaire ?
 
Avec des plafonniers
  • Utiliser des filtres pour diffuser la lumière des plafonniers
  • Baisser le niveau d’éclairage des plafonniers
  • Se rappeler que le niveau lumineux de 300 à 500 lux recommandé pour les bureaux n’est pas toujours nécessaire en présence de lampes d’appoint
 
Fenêtres et murs
  • Mettre des stores réglables aux fenêtres
  • Adopter des finis mats pour les murs, les planchers et le mobilier

Ecran

  • Régler la luminosité et le contraste de l’écran selon vos besoins
  • Utiliser une couleur de fond pâle
  • Ne pas mettre l’écran directement sous les plafonniers, mais plutôt en position parallèle
  • Détourner la face de l’écran des fenêtres ou autres sources de lumière
  • S’assurer que la lampe d’appoint éclaire le document et non pas l’écran.
 
En général, tout ce qui intervient entre l’écran et l’utilisateur compromet la qualité de l’image, donc pas de filtre sur l’écran d’ordinateur. Il vaut beaucoup mieux éliminer l’éblouissement pas un éclairage adéquat et par le bon emplacement de l’écran. La plupart des écrans aujourd’hui sont déjà pourvus d’une couche antireflets.
 
Comment éviter la fatigue oculaire ?
Avec l’âge, l’œil d’une personne peut perdre sa capacité de mettre au point les objets qui se trouvent à certaines distances (presbytie).
A l’âge de quarante ans, bien des gens ne voient plus clairement à l’œil nu les objets rapprochés. Il faut tenir compte de ce changement graduel pour concevoir des environnements visuels appropriés, surtout dans le cas du travail à l’ordinateur. Une vision non corrigée peut causer de l’inconfort oculaire et entrainer des postures susceptibles d’occasionner d’autres troubles.
Se  faire examiner la vue chaque année ou tous les deux ans, selon l’avis de son ophtalmologue. Selon la quantité de temps que vous passez sur votre clavier, le genre de correction visuelle qu’il vous faut et vos préférences personnelles, votre médecin pourra recommander des lentilles à double foyer, à triple foyer ou spécialisées pour le travail à l’ordinateur.
 
Le fait de fixer constamment le regard sur des objets qui se trouvent  à la même distance ou au même angle peut produire de la fatigue oculaire. Toutes les minutes, éloigner les yeux de l’écran pendant quelques secondes.
Regarder autour de soir.
Fixer du regard des objets éloignés.
Cligner des yeux à quelques reprises.
Ces petits exercices des yeux sont à répéter régulièrement dans la journée.
 
Ergonoma – été 2017
 
 
 
 
> Voir toutes les actualités
 

Contactez-nous

Marjorie Dumont-Crisolago

Présidente en charge de la direction commerciale et marketing
Email : md@preventech.net

Laura Gaspard

Chargée de communication
Email : lg@preventech.net

PREVENTECH CONSULTING

4 cité Paradis
75010 Paris

01 44 09 70 44

Contactez-nous

Marjorie Dumont-Crisolago

Présidente en charge de la direction commerciale et marketing
Email : md@preventech.net

Laura Gaspard

Chargée de communication
Email : lg@preventech.net

PREVENTECH CONSULTING

4 cité Paradis
75010 Paris

01 44 09 70 44