La sinistralité au travail est légèrement repartie à la hausse en 2014

 

01 Décembre2015

Marine Jeantet, directrice des risques professionnels de la Cnamts, a présenté hier les chiffres des accidents de travail et maladies professionnelles en 2014. L'occasion de faire le point sur les programmes prioritaires qui visent à faire baisser la sinistralité des TMS, de réduire le risque de chute dans le BTP et de supprimer ou réduire les expositions à des agents cancérogènes à l'horizon 2017.

Après deux années de baisse consécutive, le nombre d'accidents du travail et de maladies professionnelles est légèrement reparti à la hausse comme nous l'avions annoncé cet été. Cette progression s'élevait respectivement de 0,5 % et de 0,3 %, selon les chiffres rapportés hier par Marine Jeantet, la nouvelle directrice des risques professionnels de la Caisse nationale d'assurance maladie des travailleurs salariés, qui apporte de nouveaux éclairages. Il s'agit d'une des 5 branches de la Sécurité sociale qui gère 18,6 millions de salariés. Au total, en 2014, plus d'1,1 million de sinistres (accidents du travail, de trajets et maladies professionnelles) ont été reconnus et pris en charge dont plus de 750.000 ayant entraîné un arrêt de travail (AT) ou une incapacité permanente (IP).

Chutes de hauteur. Dans ce contexte, les accidents du travail ayant provoqué un arrêt de travail ou une incapacité permanente se sont élevés à 621.111. Principales causes, la manutention (près de 50% des cas) ainsi que les chutes de plain pied et de hauteur (26% des cas). En très légère augmentation, la fréquence des accidents du travail reste à un des niveaux les plus bas depuis 70 ans. L'indice de fréquence s'élève à 34 accidents du travail avec arrêt pour 1.000 salariés. Ce qui correspond, pour une entreprise de moins de 10 salariés, à 1 AT tous les 3 ans. Parmi les activités professionnelles les plus touchées par la sinistralité, citons l'aide et les soins à la personne qui connaissent une hausse importante de 6 % de leur indice de fréquence. Les principales causes d'AT sont dues à la manutention de personnes et aux chutes de plain pied et de hauteur. Quant au secteur du BTP, il reste l'un des plus sinistrés. Même si les accidents du travail (AT) sont en diminution ces dernières années, l'indice de fréquence (nombre d'AT/1.000 salariés) est presque 2 fois supérieur à la moyenne des autres activités.

Concernant les accidents de trajet, ils sont en nette diminution de leur fréquence (7%) avec des disparités régionales significatives. Cette évolution est principalement liée à la politique de la sécurité routière et aux conditions climatiques plus favorables par rapport à 2013. Quant aux maladies professionnelles (MP), les troubles musculosquelettiques (TMS) font toujours l'actualité. Ils ont représenté 87% des 51.631 cas de MP enregistrés en 2014 contre 7% pour les maladies liées à l'amiante. Les cancers dus à cette fibre constituent 81% des cancers d'origine professionnelle. Ils sont toutefois en diminution de 3,7% mais d'autres types de cancers augmentent de 10%. Il s'agit dans 25% des cas des cancers liés aux poussières de bois et dans 45% des cas de cancers de la vessie.

Ces derniers sont liés à certaines activités comme la production de colorants et pigments, les travaux en cokerie, la fabrication de l’aluminium, etc. Les cancers de la vessie ont bénéficié d'un dispositif de repérage qui vise à informer les assurés de leur droit à réparation en cas de reconnaissance de MP. Une action a été menée dans 6 régions et a permis de multiplier par 5 (et même jusqu'à 10) le nombre de demandes de reconnaissance dont 60% ont ensuite abouti. « Cette action a été généralisée à la France entière depuis 6 mois », rapporte Marine Jeantet. « Par ailleurs, le nombre des maladies psychiques liées au travail connaît une augmentation, principalement due à une évolution réglementaire mais qui reste modérée par rapport aux autres causes de MP », indique la directrice des Risques professionnels.

Ce bilan a été l'occasion de rappeler qu'en 2014 l’État et la Cnamts ont signé une nouvelle convention d'objectifs et de gestion. Les programmes prioritaires ont notamment pour objectif de faire baisser la sinistralité des TMS, de réduire le risque de chute dans le BTP et de supprimer ou réduire les expositions à des agents cancérogènes à l'horizon 2017. Au niveau régional, ces priorités sont complétées par des plans d'actions régionaux connus par les caisses régionales pour tenir compte des spécificités socio-économiques locales.

Eliane Kan

www.info.expoprotection.com - 13/11/15

 
 
 
 
> Voir toutes les actualités
 

Contactez-nous

Marjorie Dumont-Crisolago

Présidente en charge de la direction commerciale et marketing
Email : md@preventech.net

Laura Gaspard

Chargée de communication
Email : lg@preventech.net

PREVENTECH CONSULTING

4 cité Paradis
75010 Paris

01 44 09 70 44

Contactez-nous

Marjorie Dumont-Crisolago

Présidente en charge de la direction commerciale et marketing
Email : md@preventech.net

Laura Gaspard

Chargée de communication
Email : lg@preventech.net

PREVENTECH CONSULTING

4 cité Paradis
75010 Paris

01 44 09 70 44