La notion d’exposome professionnel

 

01 Octobre2015

L’exposome est un terme nouveau qui désigne l’intégration de l’ensemble des expositions nocives environnementales, comportementales et professionnelles auquel est soumis un individu tout au long de son existence.

La notion d’exposome professionnel
L’exposome est un terme nouveau qui désigne l’intégration de l’ensemble des expositions nocives environnementales, comportementales et professionnelles auquel est soumis un individu tout au long de son existence : ce concept d’exposome permet d’identifier et d’évaluer les risques potentiels pour la santé, pour mieux les prévenir au plan individuel et pour diminuer les dépenses sanitaires au plan collectif.
Cette notion d’exposome est apparue récemment suite au constat que les affections chroniques (respiratoires, cutanées, cancéreuses, allergiques, dysfonctionnements hormonaux, baisse de la fertilité ...) étaient croissantes et qu’à la susceptibilité individuelle différenciée par des composantes génétiques (génome), s’ajoutaient les influences essentielles liées aux expositions de toute sorte, physiques, chimiques, radiologiques, acoustiques, biologiques, psychologiques ... (exposome) : d’où la nécessité de recherches et de mesures pour bien repérer les caractéristiques des expositions pathogènes (durée/intensité...), à la fois professionnelles et extraprofessionnelles. Cela autorise des politiques gouvernementales de prévention sur les expositions considérées comme responsables d’une part considérable des maladies chroniques, des campagnes de prévention sur les sujets ou les secteurs prioritaires qui permettent, dans le cadre professionnel, une prise de conscience primordiale des employeurs, des travailleurs et de leurs représentants.
Ce concept d’exposome nécessitera encore toutefois de nombreux développements méthodologiques dans l'évaluation et la traçabilité des expositions avant de devenir pleinement opérationnel.

Les relations causales entre maladies et facteurs d’environnement
La santé humaine dépend de deux grandes composantes, reliées l’une à l’autre : le génome lié au caractère génétique de l’individu acquis dès sa conception et l’exposome lié à l’environnement dans lequel il vit et a vécu, c'est-à-dire aux conditions de vie et de travail durant son existence toute entière depuis sa conception : à la différence du génome qui est potentiellement connu et constant, l’exposome est très difficilement connu avec précision et évolutif.
La nouveauté de la notion d’exposome est de faire le lien entre une approche par conditions de vie et une approche par pathologie.
L'environnement est une source multifactorielle d'expositions où des nuisances d’origine naturelle ou industrielle dans l’air, l’eau, l’alimentation ... mais aussi dans un contexte psychologique (stress ...), social (hygiène, addictions ...), technologique (radiations ...), interagissent pour produire des effets néfastes sur la santé.
Ces ambiances environnementales dangereuses, de nature physique, chimique, biologique, radiologique ou psychologique, agissent sur les risques en augmentant la fréquence ou la gravité de phénomènes aux effets néfastes en créant un environnement malsain : si pour les effets toxiques aigus, le rapport de causalité est clairement identifié et assez facilement mesurable et corrigible, il n’en est pas de même pour les effets chroniques qu’il est beaucoup plus malaisé de cerner avec précision et à prévenir.
C’est ainsi qu’il est désormais acquis que le rôle des contaminants environnementaux dans les processus de cancérisation a été largement sous-estimé (par exemple pour les pesticides).
En excluant la composante génétique, de nombreuses affections chroniques sont à la fois liées à des facteurs environnementaux domestiques et extraprofessionnels (pollutions diverses), comportementaux (tabagisme et autres addictions, nutrition, bronzage), et enfin professionnels (produits chimiques, poussières, fibres, radiations ...) : il est donc souvent difficile d'évaluer précisément la part d’une maladie ayant strictement une origine professionnelle, c'est-à-dire la conséquence directe et unique de l'exposition d'un travailleur à un risque professionnel, et de plus, les facteurs de risque liés au travail sont souvent incertains.
Toutefois, on peut absolument prouver que certains travaux sont directement impliqués dans la survenue d’un cancer, d’une allergie ou d’une pneumopathie d’origine professionnelle : il s’agit de cas de formes de cancers survenant avec une fréquence inhabituelle : cancer du foie (angiosarcome) et chlorure de vinyle, cancer du poumon (mésothéliome) et amiante, cancer des fosses nasales (adénocarcinomes de l'ethmoïde) et poussières du bois, fibrose pour les poussières de silice, saturnisme pour le plomb ...
En fait, de très nombreuses autres activités et expositions professionnelles comportent des risques réels de survenue de maladies professionnelles chroniques qui sont moins totalement spécifiques d’une forme de pathologie ou moins bien connus.
Ainsi, évaluer la fraction imputable au facteur génétique ou environnemental professionnel ou extraprofessionnel pour certaines pathologies chroniques est souvent délicat et controversé car ces facteurs sont rarement uniques et difficiles à mettre en évidence pour plusieurs raisons : exposition à une multitude de substances parfois mal connues et aux effets combinés, effets sur la santé à long terme, ...
Les facteurs environnementaux qui conditionnent l’exposome sont nombreux :

    - physiques : bruit, chaleur, froid, vibration, lumière ...
    - chimiques : solides (particules et poussières), liquides (dont les brouillards), gaz (dont les vapeurs) et mixtes (fumées)
    - biologiques : bactéries, virus, champignons
    - psychologiques : stress, addictions
    - radiologiques : rayons Ultraviolets, Infrarouges, X, Gamma, champs électromagnétiques
    - sociales ou socio-économiques : nutrition, accès aux soins et à la prévention, travail de nuit, intérimaire, saisonnier ...

Voir la suite du dossier sur officiel-prevention.com

 
 
 
 
> Voir toutes les actualités
 

Contactez-nous

Marjorie Dumont-Crisolago

Présidente en charge de la direction commerciale et marketing
Email : md@preventech.net

Laura Gaspard

Chargée de communication
Email : lg@preventech.net

PREVENTECH CONSULTING

4 cité Paradis
75010 Paris

01 44 09 70 44

Contactez-nous

Marjorie Dumont-Crisolago

Présidente en charge de la direction commerciale et marketing
Email : md@preventech.net

Laura Gaspard

Chargée de communication
Email : lg@preventech.net

PREVENTECH CONSULTING

4 cité Paradis
75010 Paris

01 44 09 70 44