L’accueil des nouveaux ne s’improvise pas !

 

01 Décembre2017

Trop souvent, l’accueil sécurité d’un nouvel arrivant se limite à la portion congrue. Avec les conséquences que l’on imagine… Or, cet accueil n’est pas compliqué à mettre en place. D’autant que les outils pour vous y aider existent et que les acteurs concernés font des efforts en ce sens…

 
L’accueil du « petit » nouveau dans une entreprise est un moment privilégié. Moment d’échanges formels ou informels qui permettent don de lui donner une vision globale de l’entreprise, tout particulièrement dans le domaine de la santé et sécurité au travail. Mais quelle est la démarche à suive pour éviter d’oublier une étape importante lors de l’accueil du nouveau salarié ? Quels outils doit-on mettre en place et lui fournir ? Quel soutien personnalisé ? Quelle aide ? L’accueil se prépare donc. Et tout commence par la mise en place d’une procédure claire et précise incluant toutes les étapes, les moyens, les documents, le temps alloué, les accueillants et leurs compétences nécessaires, le contenu des messages ainsi que l’évaluation a posteriori des messages délivrés pour être certain que les problématiques prévention des risques et santé au travail auront été bien vues, reçues et comprises.
« Ce ‘est pas aussi simple que l’on le croit, explique Michel Bridot, responsable du pôle Conception et Déploiement à grande échelle de dispositifs de formation en S&ST à l’INRS. Il faut se doter des bons outils et former les personnes afin qu’elles soient réellement capables de délivrer les bonnes informations, de manière pédagogique, aux nouveaux arrivants ». Car monter qu’on a organisé un accueil, c’est aussi montrer à la personne la considération qu’on a pour elle.
 
Bien choisir l’accueillant
Cela paraît tellement évident qu’on hésite à le rappeler mais dans le cadre de l’accueil des nouveaux, le choix de la personne qui en sera chargée est primordial. C’est de ce choix que dépend, en grande partie, la qualité, la crédibilité et donc la compréhension, des messages. Certains critères doivent être pris en compte pour ce choix : les compétences professionnelles de l’accueillant, ses connaissances de l’organisation, de l’histoire et de la politique en matière de santé et sécurité au travail de l’entreprise (S&ST), son comportement exemplaire en matière de S&ST, et ses compétences relationnelles et pédagogiques. A noter que selon la taille de l’entreprise et ses moyens, l’accueil peut être fait par une ou plusieurs personnes. Par ailleurs, on ne peut que conseiller de désigner un interlocuteur privilégié – parrain, référent, tuteur…- pour accompagner dans la durée le nouvel embauché.
 
Des messages précis et bien transmis
« Toute la difficulté dans l’accueil des nouveaux arrivants réside dans l’adaptation des messages et la capacité de la personne charnière, l’accueillant, à la délivrer », ajoute l’expert de l’INRS. Par conséquent, outre la qualité de l’accueillant, il faut impérativement que le contenu et la transmission des messages soient en rapport avec la vie de l’entreprise. Il faut donc informer sur :
- les principaux risques présents dans l’entreprise et les moyens de protection mis à disposition ;
- la procédure de signalisation des accidents et des situations dangereuses (qui prévenir, comment prévenir, quelles informations communiquer, les registres réglementaires, etc.) ;
- lorsqu’il existe, le service de santé au travail (médecin du travail, visite, infirmerie selon le cas…) ;
- l’organisation des secours (sauveteurs secouristes du travail, trousse de secours, procédures d’évacuation des locaux, etc.) ;
- la présentation de l’animateur de sécurité, des représentants du personnel (délégué du personnel/comité d’entreprise) et/ou des membres du comité d’hygiène sécurité et conditions de travail lorsqu’ils existent.
 
Une démarche en plusieurs étapes
Dès son arrivée dans l’entreprise, le nouveau doit être pris en charge. C’est un moment d’écoute et d’échanges. C’est le moment où l’entreprise se présente. Et au sein de cette présentation, la S&ST ne doit pas être oubliée ou ignorée. « Ce qui, hélas, est trop souvent le cas, regrette Michel Bridot. Car les entreprises, confrontées à des contraintes économiques ou de productivité, ne sont pas toujours aussi vigilantes qu’elles le devraient  sur ce moment d’accueil. On veut que la personne soit le plus rapidement possible capable de travailler et on n’insiste pas assez sur la sécurité ».
On doit faire visiter les locaux au nouvel arrivant et lui faire découvrir l’outil de production, ainsi que les risques généraux engendrés par l’activité de l’entreprise. Risques qui peuvent être ceux directement issus de l’activité intrinsèque ou ceux qui peuvent découler d’une co-activité. A ces risques généraux doivent répondre des consignes générales de sécurité, détaillées et explicités.
De plus, le nouvel arrivant recevra les équipements de protection individuelle nécessaires pendant la visite.
La visite se poursuivra par la découverte du poste de travail. On en profitera pour expliquer le fonctionnement du poste et es consignes de sécurité qui doivent être respectées.
Les risques, les mesures et moyens de prévention mis en place (par exemple : description des dispositifs de sécurité et de leur fonctionnement, environnement du poste) ainsi que les consignes de sécurité seront examinées conjointement. Cette approche fait partie intégrante de la formation au poste relevant réglementairement de la responsabilité du chef d’entreprise.
 
Evaluer et suivre
« La vérification de la compréhension des messages et consignes est très importante. On ne peut pas se contenter de délivrer l’information et ne plus rien faire après, tient à souligner Sébastien Chaigneau, HSE Manger, Bic Group Stationery. Il faut absolument se doter des moyens permettant d’assurer un suivi de la formation reçue par le nouvel arrivant et de vérifier ses compétences ». Il faut d’abord prévoir un temps d’échange entre le nouveau et l’accueillant afin de vérifier le degré d’intégration du nouveau et son assimilation des messages. Enfin, dès la préparation de l’accueil, il faut mettre en place des moyens permettant, après l’accueil, de vérifier la bonne compréhension des messages transmis. Cette vérification sera renouvelée après une certaine période d’activité et la mise en pratique par le nouveau de ses nouvelles connaissances. Le cas échéant, une nouvelle sensibilisation pourra être organisée. Elle aura pour but de compléter son information et de répondre à d’éventuelles questions n’ayant pas été abordées ou n’ayant pas été assimilées lors de la phase initiale de l’accueil.
 
En guise de conclusion
Si on veut résumer les conditions nécessaires pour un bon accueil sécurité d’un nouvel arrivant dans l’entreprise, il faut évidemment prévoir cet accueil, mettre en place une vraie démarche, réfléchie, qui doit permettre de délivrer des messages et consignes de sécurité et leur assimilation, fournir aux nouveaux arrivants tous les moyens et outils leur permettant de comprendre et d’intégrer ces consignes, bien choisir le ou les accueillant(s), assurer la traçabilité de l’accueil  via, par exemple, un livret d’accueil utile et complet.
 
PIC Magazine – septembre/octobre 2017
 
 
 
 
> Voir toutes les actualités
 

Contactez-nous

Marjorie Dumont-Crisolago

Présidente en charge de la direction commerciale et marketing
Email : md@preventech.net

Laura Gaspard

Chargée de communication
Email : lg@preventech.net

PREVENTECH CONSULTING

4 cité Paradis
75010 Paris

01 44 09 70 44

Contactez-nous

Marjorie Dumont-Crisolago

Présidente en charge de la direction commerciale et marketing
Email : md@preventech.net

Laura Gaspard

Chargée de communication
Email : lg@preventech.net

PREVENTECH CONSULTING

4 cité Paradis
75010 Paris

01 44 09 70 44