In'Air Solutions s'apprête à lancer des analyseurs d'air en temps réel

 

02 Mai2017

Se basant sur des travaux scientifiques du CNRS, cette start-up strasbourgeoise identifie le formaldéhyde comme principal identificateur de la qualité de l'air intérieur. Elle a développé une mallette portative qui embarque un préleveur d'air ainsi que deux micro-analyseurs automatisés.

La mauvaise qualité de l'air intérieur (QAI) coûte cher : « 19 milliards d'euros par an en dépenses de santé dans notre pays et 1,6 milliard pour les entreprises, selon une étude de l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) publiée en 2014 [dernière étude en date, NDLR], lance Stéphanette Englaro, présidente de la start-up strasbourgeoise In'Air Solutions qui, créée en 2013, compte lancer dans quelques mois une mallette portative capable d'automatiser le prélèvement et l'analyse de la QAI. Il y a des centaines de polluants présents dans l'air intérieur. En fait, seuls ceux qui sont très présents sont étudiés. » 

 
Un procédé inspiré de travaux scientifiques
 
La start-up s'appuie sur les recherches de Stéphane Le Calvé, responsable de l’équipe de physico-chimie de l’atmosphère au CNRS et du groupe de travail "Qualité de l'air intérieur" au conseil scientifique de Primequal 2 (Programme de recherche inter-organisme pour une meilleure qualité de l'air à l'échelle locale). Face à la difficulté de discriminer et mesurer précisément toutes les substances toxiques contenues dans l'air intérieur, le chercheur a identifié, avec son groupe de travail, le formaldéhyde comme principal indicateur de la QAI. Restait à passer de l'instrumentation de laboratoire à une machine fiable et transportable. 
 
Défi relevé par In'Air Solutions qui, assistée par la Société de transfert technologique (Satt) Conectus Alsace, a su automatiser et miniaturiser un préleveur (pompe, débitmètre, chronomètre...) qui fait circuler l'air dans des cartouches de piégeage. Ensuite, interviennent deux analyseurs automatisés : un pour le formaldéhyde et un autre qui discrimine 4 molécules hautement toxiques (benzène, toluène, éthylbenzène, xylène). « On peut multiplier les prélèvements et les mesures puis vérifier qu'elles sont à la fois bien effectuées et dûment enregistrées, précise Stéphanette Englaro, elle-même docteur en biologie qui a levé 1,2 million d'euros auprès de Cap Innov'est et Capital Est, après avoir été lauréate au concours national pour la création d'entreprises innovantes en 2012 et 2013. Nous allons lancer le préleveur et l'analyseur de formaldéhyde en juin prochain et l'analyseur de benzène, toluène, éthylbenzène et xylène en septembre (BTEX). » 
 
Deux campagnes de mesures sur le terrain
 
« Pour valider nos méthodes de mesure dynamique en continu, nous avons réalisé deux campagnes de mesure dans une école à La Rochelle (17) pour déterminer le meilleur protocole d'aération et à Maubeuge (59) pour régler au mieux la mise en route de la ventilation mécanique, tout en économisant de l'énergie, explique la présidente d'In'Air Solutions. Dans le premier cas, les mesures ont permis de mettre en évidence le besoin d'aérer plusieurs fois dans la journée sur de petites durées. Dans le second cas, nous avons pu déterminer qu'il suffisait de mettre en route la ventilation 30 minutes avant l'arrivée des élèves et l'éteindre durant la nuit. » 
 
Erick Haehnsen le 10/04/2017    infoprotection.fr
 
 
 
 
> Voir toutes les actualités
 

Contactez-nous

Marjorie Dumont-Crisolago

Présidente en charge de la direction commerciale et marketing
Email : md@preventech.net

Laura Gaspard

Chargée de communication
Email : lg@preventech.net

PREVENTECH CONSULTING

4 cité Paradis
75010 Paris

01 44 09 70 44

Contactez-nous

Marjorie Dumont-Crisolago

Présidente en charge de la direction commerciale et marketing
Email : md@preventech.net

Laura Gaspard

Chargée de communication
Email : lg@preventech.net

PREVENTECH CONSULTING

4 cité Paradis
75010 Paris

01 44 09 70 44