Former les futurs DRH à la bienveillance

 

01 Mars2017

Adopter un management bienveillant attentif à autrui et à soi-même permet aux salariés de mieux vivre leur situation de travail et de s’investir plus librement dans leur entreprise. Forte de cette conviction, cette spécialiste en conduite du changement et en leadership, invite ses élèves à la bienveillance. Son approche des Relations Humaines, suppose une pédagogie centrée sur un travail comportementale. 

Par Catherine Pourquier Remoussenard , Responsable de la spécialisation RH, Burgundy School Of Business, Dijon
 
Qu’est ce que la bienveillance ? un « sentiment par lequel on veut du bien à quelqu’un » nous dit le Robert. La notion de bienveillance fait écho à l’altruisme et renvoie à celle d’Agapé bien connue dans la Grèce Antique, qui exprime l’amour désintéressé pour toutes les personnes, au-delà d’un attachement affectif particulier. Dans le contexte d’une relation inégale, la bienveillance est une attitude favorable à l’égard d’une personne inférieure (âge, mérite, place hiérarchique…). Celui qui est bienveillant pourrait ne pas l’être et user de son ascendant. Or justement la personne bienveillante choisit de ne pas abuser de son pouvoir et de trouver une qualité particulière dans le lien à autrui. Certains diraient que la compassion, de l’altruisme, de l’empathie à tout le moins de la sympathie. La posture de bienveillance n’est pas la lpus antireuelle car elle suppose d’oser la relation vraie ; il est beaucoup plus facile de se retrancher derrière son quant à soi, la sécurité d’une position hiérarchique, l’opacité de l’organisation.
 
Le meilleur du potentiel
 
Alors pourquoi être bienveillant ? Ce choix de l’authenticité peut même appeler une posture particulière : le leadership authentique ; D’ailleurs de plus en plus d’entreprises font le choix de la bienveillance envers leurs collaborateurs. Les entreprisesoù il fait bon vivre ont fait le pari de l’autonomie et de la cérativité (Google ou Apple) afin de faire émerger le meilleur du potentiel de leurs salariés. Ainsi, la bienveillance permet d’avoir des collaborateurs bien dans leur peau, rassurés sur leurs compétences, avec une bonne estime d’eux-mêmes. Et c’est cela finalement que permet la bienveillance, elle renforce l’image narcissique ; en un mot, elle donne confiance en soi et dans les autres. Car l’intérêt ultime de la bienveillance c’est qu’elle fait autant de bien à celui qui la reçoit qu’à celui qui l’exerce. Être bon profite à tout le monde. On retrouve ici la loi naturelle de l’attraction : le bien attire le bien. 
 
Les formes de la bienveillance en entreprise
 
La bienveillance revêt des formes multiples qui permettent à l’ensemble des collaborateurs de se sentir bien dans leur travail et de mieux sy investir. Etre bienveillant à l’égard des collaborateurs de se sentir bien dans leur travail et de mieux s’y investir. Ëtre bienveillant à l’égard des collaborateurs, c’est penser à leurs conditions physiques et psychologiques de travail. C’est aussi prendre en compte les relations humaines au sein des équipes en privilégiant un management ouvert, avec un sens de l’écoute et du dialogue. Donner le droit aux uns et aux autres de se remettre en question. C’est choisir une culture d’ouverture en favorisant dans l’entreprise la diversité et enc réant de la convivialité à travers des espaces de rencontre et d’échange. C’est instaurer un esprit positif en favorisant une communication positive et en valorisant l’optimisme et la créativité. La mise en place de labels comme celui Great Place to Work montre que ces critères de bien-être au travail sont des éléments d’attractivité pour une entreprise et les garants d’une fidélisation des salariés. Derrière le bien être, il y a de la bienveillance.
 
Former à la bienveillance
 
Comment fermer à la bienveillance ? Il faut bien évidemment sensibiliser les étudiants aux comportements qui ne respectent pas l’être humain comme par exemple la discrimination ; 
Il s’agit de les aider à reconnaitre les formes de discriminations notamment en travaillant sur leurs propres croyances. En un mot, leur permettre d’ouvrir leurs esprit à la différence. Ceci suppose de sortir de schémas stéréotypes, de profils standardisés. Nous avons par exemple demandé à nos étudiants de réaliser un dossier sur la discrimination en entreprise en interviewant des professionnels, lesquels ont été par la suite conviés à des soutenances afin de partager leur expérience. Eu au-delà des cours classiques cela peut prendre des formes plus originales et plus appliquées, partir en voyage d’étude à l’étranger, rencontrer des populations fragilisées. En résumé, sortir de son cocon et de ses certitudes. 
 
Être Bienveillant avec soi-même
 
Il convient également d’accompagner les étudiants dans une prise de conscience de la nécessité d’être bienveillant avec soi-même. Sensibiliser les étudiants à l’intelligence émotionnelle par exemple leur donne des clés pour mieux comprendre leurs réactions et les réactions des autres. La bienveillance suppose une capacité à ne pas être dans la réactivité par rapport à l’autre, par rapport à une situation. Le développement de pratiques de gestion des émotions, de la gestion du stress, leur donne du bons réflexes pour leur future vie professionnelle. La mindfulness, ou médiatisation de pleine conscience donne de très bons résultats sur la capacité de concentration, de prise de décision et la réduction du stress. Les résultats impressionnent les étudiants, mêmes les plus réticents. Etre bienveillant avec soi-même, c’est connaitre ses propres limites et les respecter ; une fois que la bienveillance à l’égard de soi est intégrée, elle permet à celui qui la pratique de devenir un élément stable et solide dans l’entreprise y compris en situation de fragilité et de transition
 
Être bienveillant avec autrui, notamment pendant les transitions
 
L’accompagnement du changement est une des missions de la fonction RH. Le changement génère de l’incertitude, une perte des repères ; il est important que le professionnel RH dans un tel contexte, puisse rassurer et donner des outils aux collaborateurs qui en ont besoin. Former à la bienveillance peut consister ici à former réellement les futurs ou actuels RH à la conduite du changement. Il ne s’agit pas uniquement de leur donner aux RH des outils de pilotage mais aussi des outils de décryptage des comportements humains. Les recherches en neurosciences donnent aujourd’hui beaucoup de clefs pour comprendre le processus de deuil vécu durant un changement. Dans mon enseignement j’intègre ce processus et les résistances qu’il génère tant individuel que collectif ; Les étudiants travaillent aussi leurs propres processus cognitifs et émotionnels. Les aider à mieux comprendre leurs comportements défensifs face à la peur du changement leur donne des clés pour les identifier au niveau organisationnel ; Savoir accompagner des collaborateurs durant les étapes du changement, sans jugement et dans la bienveillance, est un défi dans un monde en perpétuelle mutation
 
Personnel - N°574
 
 
 
 
> Voir toutes les actualités
 

Contactez-nous

Marjorie Dumont-Crisolago

Présidente en charge de la direction commerciale et marketing
Email : md@preventech.net

Laura Gaspard

Chargée de communication
Email : lg@preventech.net

PREVENTECH CONSULTING

4 cité Paradis
75010 Paris

01 44 09 70 44

Contactez-nous

Marjorie Dumont-Crisolago

Présidente en charge de la direction commerciale et marketing
Email : md@preventech.net

Laura Gaspard

Chargée de communication
Email : lg@preventech.net

PREVENTECH CONSULTING

4 cité Paradis
75010 Paris

01 44 09 70 44