Exosquelettes - Pour que le mieux ne devienne pas ennemi du bien

 

01 Août2018

DE PLUS EN PLUS d’entreprises se laissent séduire par les promesses d’amélioration des conditions de travail mises en avant par les fabricants d’exosquelettes. Ces dispositifs peuvent en effet venir compléter une démarche de prévention des risques liés aux efforts physiques, mais ne sont en aucun cas une solution miracle. Explications avec Jean-Jacques Atain-Kouadio, expert d’assistance à l’INRS.

 
Qu’est-ce qu’un exosquelette ?
Jean-Jacques Atain-Kouadio, expert d’assistance à l’INRS. Il s’agit de technologies d’assistance physique qui compensent les efforts fournis par les opérateurs ou augmentent leurs capacités motrices pour faciliter leur travail. Les exosquelettes sont arrimés aux travailleurs à l’aide de systèmes de contention, généralement positionnés autour des articulations de l’utilisateur. Ils s’attachent sur les membres supérieurs, les membres inférieurs, le dos ou sur une combinaison de ces trois parties du corps. Du point de vue de leur fonctionnement deux types de technologies coexistent. La première utilise la technique de la restitution d’énergie avec des ressorts, des élastiques, voire de la fibre de verre pour les derniers modèles. La seconde, robotique, met en jeu des moteurs pour accompagner les mouvements des opérateurs.
 
Dans quels secteurs d’activité en retrouve-t-on ?
 J.-J. A.-K. La logistique, l’industrie automobile, ferroviaire, nucléaire… ont été les premières à s’y intéresser et à mener des tests. Mais tout va très vite. D’autres métiers se penchent d’ores et déjà sur la question, comme l’agroalimentaire ou l’aide à la personne. Cette diffusion est facilitée par des sauts technologiques qui permettent d’améliorer le matériel et de l’adapter plus spécifiquement aux besoins précis des professionnels. Par exemple, des modèles robotisés conçus pour la main commencent à apparaître sur le marché. Ils trouveront peut-être leur utilité dans d’autres types d’activité.
 
Quel est l’intérêt des exosquelettes ?
J.-J. A.-K. Les entreprises attendent de ces dispositifs qu’ils contribuent à la prévention des troubles musculosquelettiques (TMS), notamment. Des espoirs légitimes, mais il ne faut cependant pas qu’elles croient résoudre le problème simplement en acquérant des exosquelettes. Pour que ceuxci contribuent efficacement à lutter contre les TMS, il faut les inclure dans une démarche de prévention globale qui prenne en compte les différents facteurs à l’origine de ces maladies professionnelles (organisation du travail, RPS…). Avant de se porter acquéreuses, les entreprises doivent donc dans un premier temps caractériser leurs éventuels besoins en assistance physique. Ensuite, il leur faut définir le type d’aide qui s’adaptera à leurs exigences ou aux usages attendus avant de faire un choix sur le marché et mener avec méthode son intégration. Il est possible que l’entreprise ne trouve pas chaussure à son pied et, dans ce cas, renoncer à l’achat est la meilleure option. Mieux vaut pas d’exosquelette qu’un dispositif mal adapté.
 
Il y a donc des risques associés à l’utilisation des exosquelettes ?
J.-J. A.-K. Les exosquelettes sont attachés à l’opérateur, et le matériel, en fonction de sa conception, peut perturber les mouvements de celui-ci, entraînant des risques de chutes, de collision… L’inconfort au niveau des systèmes de contention est un autre point qui doit être pris en compte. De plus, les exosquelettes peuvent être source de stress. Lorsqu’un opérateur doit dédier une part de sa concentration au pilotage de l’appareillage ou lorsque les interactions avec les autres salariés sont rendues plus difficiles, par exemple. D’où l’importance d’apprendre l’usage des exosquelettes et de revoir l’organisation du travail pour les intégrer au mieux au fonctionnement des équipes qui pourront ainsi s’approprier et accepter le matériel. Enfin, contrairement à des appareils plus classiques, comme un transpalette par exemple, il est important de mettre en place un suivi pour permettre des retours d’expériences sur ces nouvelles technologies sur lesquelles nous manquons encore de recul.
 
L’INRS met à disposition une offre d’information pour mieux appréhender l’impact des exosquelettes sur la santé des travailleurs.
www.inrs.fr/publications/ essentiels/exosquelettes.html.
 
Propos recueillis par D. L.
Travail & Sécurité – juillet/août 2018
 
 
 
 
> Voir toutes les actualités
 

Contactez-nous

Marjorie Dumont-Crisolago

Présidente en charge de la direction commerciale et marketing
Email : md@preventech.net

Laura Gaspard

Chargée de communication
Email : lg@preventech.net

PREVENTECH CONSULTING

4 cité Paradis
75010 Paris

01 44 09 70 44

Contactez-nous

Marjorie Dumont-Crisolago

Présidente en charge de la direction commerciale et marketing
Email : md@preventech.net

Laura Gaspard

Chargée de communication
Email : lg@preventech.net

PREVENTECH CONSULTING

4 cité Paradis
75010 Paris

01 44 09 70 44