Combien coûte un poste de travail en 2015 ?

 

02 Novembre2015

Les Buzzy Ratios de l'Arseg édition 2015 ont été présentés ce matin au public. On y apprend notamment que le coût annuel global d’un poste de travail a augmenté de 3,5 %.

Dans un contexte toujours imprégné d’objectifs de réduction des coûts, l’édition 2015 des Buzzy ratios de l’Arseg, dévoilée ce matin lors d’une conférence organisée chez Haworth, révèlent une légère hausse du coût moyen annuel d’un poste qui s’établit désormais à17 081 euros toutes dépenses comprises (+ 3,5 %).

Du côté de l’espace de travail, la surface moyenne allouée aux collaborateurs connait une légère hausse, passant de 18,7 m² à 19,1 m² tandis que l’exploitation de la surface utile locative est optimisée avec un taux de surface utile nette de bureaux qui passe de 74 à 76 % par rapport à la surface totale. Parallèlement, le taux d’occupation des postes reste stable avec près de 9 postes sur 10 qui sont occupés.

Immobilier et fiscalité en hausse

L’immobilier garde sa place de poids lourd du budget d’un directeur de l’environnement de travail en représentant toujours, fiscalité comprise, près de la moitié du coût d’exploitation, qu’il soit ramené à la surface de bureaux ou au nombre de postes. Et les efforts réalisés pour continuer à faire baisser certains postes de dépense comme les services ou les moyens et équipements ne parviennent pas à compenser la hausse du coût du loyer et surtout de la fiscalité.

À côté de cela, les charges d’exploitation sont restées stables, autour de 104 euros annuels du mètre carré, avec une maintenance technique en légère hausse là où les frais de sécurité et sûreté ont à peu près baissé d’autant.

Fournitures de services, moyens et équipements en baisse

Finalement, c’est donc du côté des services, des moyens et équipements que l’on retrouve des baisses compensant en partie la montée du coût de l’immobilier et de la fiscalité associée. En effet, nombre d’économies ont été effectuées sur des postes tels que l’archivage et le courrier, qui subissent l’impact prolongé de la dématérialisation de ces services. De la même manière, des économies matérielles ont pu être dégagées sur les consommations de biens en fournitures et bureautique, tandis que les contrats de téléphonie étaient renégociés et que le poste de déplacements et voyages subissait une probable restriction en termes de politique managériale.

Une maîtrise des dépenses

Ces nouveaux chiffres 2015 ont tendance à montrer que la recherche d’économies se fait à la marge sur les activités de service à forte composante humaine et la gestion des approvisionnements matériels. Pourtant l’économie durable intervient là où l’on investit pour la meilleur performance et non sur les restrictions des activités fonctionnelles, qui ne sont pas sans impact sur la productivité. Voilà pourquoi lors de la conférence Buzzy Ratios du 5 novembre, la question de l’investissement a été abordée au travers de l’hypothèse « dépenser plus, pour gagner plus » qui sera discutée par les professionnels du métier.

Olivier Gicquel des Touches
www.arseginfo.fr - 5 novembre 2015

 
 
 
 
> Voir toutes les actualités
 

Contactez-nous

Marjorie Dumont-Crisolago

Présidente en charge de la direction commerciale et marketing
Email : md@preventech.net

Laura Gaspard

Chargée de communication
Email : lg@preventech.net

PREVENTECH CONSULTING

4 cité Paradis
75010 Paris

01 44 09 70 44

Contactez-nous

Marjorie Dumont-Crisolago

Présidente en charge de la direction commerciale et marketing
Email : md@preventech.net

Laura Gaspard

Chargée de communication
Email : lg@preventech.net

PREVENTECH CONSULTING

4 cité Paradis
75010 Paris

01 44 09 70 44