Améliorer la sante des salariés par l’alimentation

 

01 Juin2016

Nutrition.Dimension importante de la satisfaction des salariés dans leur environnement de travail, la nutrition est avant tout un enjeu de santé donc de qualité de vie au travail. C’est autour de ce sujet que s’est réuni le club de développement durable de l’Arseg, le 16 février, pour étudier les leviers d’action des entreprise en la matière, qu’elles disposent ou non d’un restaurant d’entreprise.

 
L’impact de la nutrition est essentiel sur le sujet de santé physique et le bien-être du salarié. Thibault Deschamps, secrétaire général de l’institut des rencontres de la forme, rappelle quelques éléments de contexte : « nos modes de vie n’ont cessé d’évoluer et la tendance est à la diminution de notre activité physique pour des apports alimentaires presque constants. De ce fait, l’obésité ne cesse de progresser et les principales menaces pour la santé ne sont plus les maladies infectieuses, mais le diabète, les cardiopathies, cancers ou affections psychologiques ». Afin de pallier à ces risques, il est nécessaire d’équilibrer son alimentation et adapter ses apports à ses dépenses énergétiques. Or, les conditions et le milieu de travail influent la façon dont les travailleurs s’alimentent : temps de pause, offre de denrées, aménagements du restaurant… Nombreux sont les facteurs entrant en ligne de compte. Pourtant, cette problématique est bien souvent négligée en entreprise et considérée comme en dehors du périmètre des responsabilités du directeur de l’environnement de travail.  
 
Une législation a minima
Les règles du code du travail en matière de restauration sont assez peu contraignantes : elles prévoient la mise à disposition d’un local séparé dans de bonnes conditions de sécurité et d’hygiène et une prohibition relative de l’alcool, sans aller plus loin. L’intervention de l’Etat dans ce domaine s’est axée sur la sensibilisation avec la mise en œuvre il y a une quinzaine d’années du Programme National Nutrition Santé (PNNS) misant sur ses conseils en offrant un système de labellisation pour les entreprises (« manger bouger »). Les prestataires de restauration ont également fait des efforts de prise en considération des enjeux de santé. Cet engagement se traduit par le développement d’offres de produits en faveur d’une meilleure alimentation. La société Vergers de Gally, représentée lors de ce rendez-vous du club DD par son directeur d’agence Olivier de Corbière, propose ainsi aux entreprises de disposer des corbeilles de fruit dans leurs espaces de travail, alternative saine aux friandises en cas de faim. Concernant les restaurants d’entreprise, certains misent sur l’accompagnement. Sylvie Herault, nutritionniste et responsable qualité du groupe Eurest, est revenue sur le programme de sensibilisation « Benef’ea » mis en place par le groupe. Ce dernier permet aux clients du restaurant d’accéder à de l’information et des conseils via différents supports (affiches, écrans, étiquettes ou site Internet pour mobiles).
 
Vers une vraie politique d’entreprise
D’autres typologies d’acteurs misent également sur l’accompagnement. Ainsi, avec son programme Vivactéo, l’Institut des rencontres de la forme propose un audit de situation et met en place des actions ne s’appuyant pas sur la culpabilisation des « mauvais » comportements mais plutôt sur la mobilisation autour de petits défis incitant à une meilleure alimentation et à l’activité physique régulière. Enfin, lorsque la situation le permet, il est aussi possible d’agir, sur les restaurant d’entreprise que l’on héberge ou partage selon les cas. L’exemple du projet Circé développé par Virginie Mao chez Vallouerc le prouve. En suivant une démarche englobante rassemblant le plus d’acteurs et le plus de considérations possibles (aménagement, nutrition, acoustique, luminosité, etc.), l’entreprise a pu proposer un lieu plus convivial, modulaire et intégrant des conseils en nutrition. De quoi donner envie à ses salariés de mieux manger. Autant de pistes à suivre pour faire de l’alimentation un véritable axe de travail dans le cadre de la politique RSE de son entreprise
 
 
Grégoire Thais
Workplace Magazine - avril 2016
 
 
 
 
> Voir toutes les actualités
 

Contactez-nous

Marjorie Dumont-Crisolago

Présidente en charge de la direction commerciale et marketing
Email : md@preventech.net

Laura Gaspard

Chargée de communication
Email : lg@preventech.net

PREVENTECH CONSULTING

4 cité Paradis
75010 Paris

01 44 09 70 44

Contactez-nous

Marjorie Dumont-Crisolago

Présidente en charge de la direction commerciale et marketing
Email : md@preventech.net

Laura Gaspard

Chargée de communication
Email : lg@preventech.net

PREVENTECH CONSULTING

4 cité Paradis
75010 Paris

01 44 09 70 44