17 pays passés au crible sur les facteurs influençant la satisfaction vis-à-vis de l’espace de travail et l’engagement

 

01 Décembre2017

Steelcase s’est associé avec Ipsos, un institut de recherche international, pour réaliser cette étude (2016) sans précédent mesurant différents aspects de l’engagement et de la satisfaction vis-à-vis de l’espace, deux indicateurs essentiels du bien-être des travailleurs et de la performance des entreprises. Ce rapport d’étude dévoile cinq observations clé.

 
Cette étude internationale de Steelcase est la première à explorer la relation existant entre l’engagement des employés et leur environnement de travail. Elle s’intéresse à l’une des principales difficultés auxquelles même les plus grandes entreprises sont aujourd’hui confrontées : seuls 13% des travailleurs sont fortement engagés. Cette étude révèle qu’un tiers des effectifs des 17 plus grandes économies au monde sont désengagés.
 
L’engagement est corrélé à la satisfaction vis-à-vis de l’espace
 
L’engagement des employés est une question essentielle. C’est ce qui fait avancer les entreprises en temps de croissance économique et, plus encore, en période d’instabilité et d’incertitude. A l’inverse, les travailleurs désengagés coûtent cher, ralentissent l’avancement des projets, gaspillent les ressources et nuisent aux objectifs de l’entreprise tout comme aux efforts de leurs collègues engagés. L’engagement est même l’une des principales difficultés auxquelles sont confrontées les entreprises aujourd’hui. Toutefois, de nombreux dirigeants ne mesurent pas l’étendue du problème en pensent pouvoir simplement absorber l’influence négative d’une poignée d’employés désengagés. Malheureusement, cette étude révèle que plus d’un tiers des travailleurs des 17 plus importantes économies dans le monde sont désengagés et qu’un autre tiers se situe dans un entre-deux, sans améliorer la performance, ni pour autant la freiner. 
 
Comme d’autres problèmes complexes auxquels les entreprises doivent faire face, l’engagement est influencé par de nombreuses variables, dont la transformation est un travail de longue haleine ;
C’est pourquoi, tout en s’appuyant sur des décennies de recherches préliminaires sur le travail et l’espace, Steelcase s’est associé à Ipsos pour comprendre comment l’environnement physique pouvait impacter l’engagement.
« Nous avons cherché à répondre aux questions suivantes » :
Le bureau peut-il être un levier stratégique permettant d’améliorer l’engagement ? Et quels types de transformations peuvent avoir le plus d’influence ?
Les conclusions de cette étude indiquent que l’environnement peut renforcer ou entraver les actions mises en œuvre pour augmenter l’engagement. Elles permettent également d’identifier lestypes de transformation ayant l’influence la plus positive.
 
Les entreprises ont-elles des difficultés à suivre le rythme des évolutions technologiques ?
 
Les employés engagés ont plus de contrôle sur leur expérience professionnelle.
Les employés engagés travaillent généralement dans des entreprises qui encouragent la communication bidirectionnelle, où des informations actualisées sur l’entreprise sont disponibles à tout moment et où les individus peuvent exprimer librement leurs idées. Cette observation suggère qu’un principe clé pour la conception de l’espace serait la création d’une diversité de lieux (pour les groupes et les individus, pour les nomades et les résidents) et de protocoles associés permettant de contrôler son expérience professionnelle. Si les équipements mobiles ont été largement adoptés dans la sphère privée, les participants à cette étude déclarent  que leurs entreprises leur fournissent deux fois plus d’équipements fixes que mobiles.
 
Les équipements fixes sont deux fois plus répandus que les équipements mobiles
La grande majorité des travailleurs sont toujours contraints par une technologie fixe 
 
Cela pourrait être le résultat d’une stratégie fondée sur les pratiques de travail traditionnelles ou refléter une certaine difficulté à suivre le rythme des évolutions technologiques. Dans tous les cas, la mobilité des employés à l’intérieur comme à l’extérieur de l’entreprise ainsi que la capacité des individus à pleinement utiliser la diversité des espaces mis à leur disposition sont limitées par les choix technologiques de l’entreprise. Certains métiers nécessitent de rester assis à son poste la plupart du temps : les équipements fixes sont alors parfaitement adaptés.  
Mais d’autres métiers exigeant plus de collaboration, d’interaction et de partage d’informations pourraient profiter d’équipements mobiles permettant d’accéder à l’information où que l’on soit dans l’espace de travail. Les individus qui ont besoin d’un accès à l’information numérique pour travailler peuvent se sentir cloués à leur poste et par conséquent échanger peu avec des collègues n’étant pas physiquement à proximité.
Compte tenu des transformations des pratiques professionnelles en cours, les entreprises doivent envisager la manière de faire évoluer  leurs espaces et leurs stratégies en termes d’équipements technologiques.
Les médias et la culture populaire peuvent laisser penser que les espaces de travail ont radicalement changé au cours de la dernière décennie pour devenir plus ouverts, informels et collaboratifs. Dans certains cas, c’est vrai. Mais la plupart des employés dans le monde travaillent pourtant dans des environnements traditionnels mettant l’accent sur la hiérarchie et l’assignation à un poste individuel.
Cas, si la conception des espaces et les expériences professionnels peuvent considérablement varier dans le monde, y compris entre deux pays voisins, deux tiers des effectifs internationaux déclarent en effet travailler dans des bureaux privatifs individuels ou partagés. Aussi, si les espaces entièrement ouverts représentent bien une proportion significative des environnements, (près d’un quart) ils restent en définitive peu répandus. Des espaces entièrement ouverts ou entièrement privatifs ne constituent pas nécessairement une solution au problème, mais cette observation suggère toutefois que les entreprises n’ont peut-être pas assez fait évoluer leurs environnements physiques pour encourager l’engagement.
 
Le contexte culturel a une influence essentielle sur l’engagement et la satisfaction vis-à-vis de l’espace. Les employés les plus fortement engagés se trouvent généralement dans les économies émergentes tandis que les moins engagés sont ceux des marchés plus développés. L’analyse des données montre que le pays où vivent les employés, sa culture et les attentes qui en découlent ont un impact important sur le niveau d’engagement et de satisfaction vis-à-vis de leur espace de travail. Bien qu’il y ait des exceptions, ces observations suggèrent que le contexte culturel influence la perception et les attitudes des employés vis-à-vis de leur entreprise et de leur environnement. Le contexte culturel pourrait donc jouer un rôle dans le degré de satisfaction vis-à-vis de l’espace et d’engagement dans le travail. Cette observation est particulièrement importante pour les multinationales cherchant à développer un modèle d’espaces tout aussi efficaces sur leurs différents sites. Sans l’ombre d’un doute, les employés du monde entier rejettent les bureaux standards et sans style et exigent quelque chose de fondamentalement différent.
 
Cette réaction est forte et claire. Mais la solution l’est moins. Pour essayer de répondre à ces attentes, les entreprises ont intégré dans leurs locaux des espaces qui rappellent la maison, qui sont émotionnellement confortables, mais qui peuvent aussi devenir physiquement inconfortables et manquer des outils nécessaires à la bonne exécution d’un travail. Quelle est donc la « recette » pour créer un espace hautement performant à la fois informel et inspirant ? Pourquoi certains espaces sont-ils toujours occupés, alors que d’autres restent vides ?
 
 
Les Français : les plus désengagés au monde
 
La France dernière du classement mondial
Sur les 17 pays étudiés et les 12 480 participants, 1/3 des collaborateurs est désengagé. La France et ses 824 participants se classe en dernière position.
  • 54% de collaborateurs désengagés en France, 37% dans le monde
  • 5% de collaborateurs engagés et satisfaits de leur environnement de travail en France, 13% dans le monde (moyenne mondiale)
Catherine Gaal, Directrice de la cellule de Recherche & Prospective Steelcase Workspace Futures :
« Les facteurs du désengagement sont bien sûr multiples et complexes. L’étude s’est attachée à analyser précisément l’un d’entre eux : l’espace de travail. Le désengagement des français peut s’expliquer entre autre par un manque de liberté de choix et de contrôle de l’environnement de travail, peu de diversité dans les espaces de travail (zones de détente, de concentration, d’échanges…).
Les employés français sont ceux qui travaillent le moins souvent à distance, la présence physique dans les murs de l’entreprise a son importance en termes de socialisation, d’échanges entre collègues, et dans les rapports hiérarchique.
  • 79% des collaborateurs en France n’ont jamais fait de télétravail.
 
Ergonoma – 4ème trimestre 2017
 
 
 
 
> Voir toutes les actualités
 

Contactez-nous

Marjorie Dumont-Crisolago

Présidente en charge de la direction commerciale et marketing
Email : md@preventech.net

Laura Gaspard

Chargée de communication
Email : lg@preventech.net

PREVENTECH CONSULTING

4 cité Paradis
75010 Paris

01 44 09 70 44

Contactez-nous

Marjorie Dumont-Crisolago

Présidente en charge de la direction commerciale et marketing
Email : md@preventech.net

Laura Gaspard

Chargée de communication
Email : lg@preventech.net

PREVENTECH CONSULTING

4 cité Paradis
75010 Paris

01 44 09 70 44