10 choses à faire et à ne pas faire en matière de vêtements de protection

 

01 Juin2016

A l'occasion de la Journée mondiale de la sécurité et de la santé au travail, qui se déroule chaque année le 28 avril, se pose la question suivante de savoir comment bien protéger les employés sur leur lieu de travail. La réponse selon la check-list de Silvia Mertens, ingénieure en technologie de fabrication et chef de projet chez le prestataire allemand de services textiles Mewa pour équipement de protection individuelle (EPI).

 
Les 5 bonnes questions à se poser :
 
1/ L’évaluation des risques
Tout commence par une bonne évaluation des risques. Pour y parvenir, il faut se poser des questions de bon sens. Dans quel contexte de travail les vêtements sont-ils portés ? Contre quoi les vêtements doivent-ils protéger ? Quelles sont les normes qui entrent en jeu ?
 
2/ Le type de vêtement 
Les vêtements actuels doivent être analysés. Quels sont leurs avantages et leurs inconvénients ? En quoi les nouveaux vêtements doivent-ils différer ?
 
3/ Les coûts directs et indirects
Pour maintenir la fonction de protection, le vêtement de protection doit être lavé et entretenu par un professionnel. L’accomplissement de ces missions est assuré par des prestataires de services textiles. Il est donc important d’examiner les prestations qui figurent dans l’offre.
 
4/ Mise en situation réelle
Le vêtement est-il approprié ? Le vêtement de protection doit être examiné sur son lieu réel d’utilisation. Mais protège-t-il réellement contre les risques présents sur le lieu de travail ? On pense, par exemple, aux substances chimiques utilisées ou aux effets de la chaleur ?
 
5/ Test d’utilisation : qu’en disent les collaborateurs ? 
Le vêtement de protection doit être testé et évalué par les collaborateurs. Le vêtement offre-t-il une liberté de mouvements suffisante ainsi que la protection nécessaire ?
 
Les 5 choses à éviter :
 
1/ Acheter des vêtements de protection sans conseil 
Afin de bien protéger les employés, il est nécessaire de demander conseil. Par exemple, en interne, à un spécialiste de la sécurité au travail ou, en externe, à un prestataire de service compétent.
 
2/ Réparer des dommages soi-même
Sans examen préalable par une autorité de certification, nul n’est autorisé à modifier un vêtement certifié. Cela vaut même pour des retouches simples, telles qu’un raccourcissement de manches.
 
3/ Ne pas informer les employés
L’employeur doit également informer ses collaborateurs sur le mode de traitement des vêtements, par exemple à l’aide d’une consigne de travail ou d’un communiqué.
 
4/ Confier le lavage des vêtements aux employés
Les vêtements de protection ne doivent pas être lavés avec le linge de maison. Ils pourraient ainsi perdre leur fonction de protection.
 
5/ Faire des compromis
Une protection de qualité médiocre ne suffit pas. En revanche, une protection optimale améliore la sécurité juridique de chacun. Des entreprises de prestations de service peuvent vous aider.
 
 
E.H.
www.info.expoprotection.com - 25/04/2016
 
 
 
 
> Voir toutes les actualités
 

Contactez-nous

Marjorie Dumont-Crisolago

Présidente en charge de la direction commerciale et marketing
Email : md@preventech.net

Laura Gaspard

Chargée de communication
Email : lg@preventech.net

PREVENTECH CONSULTING

4 cité Paradis
75010 Paris

01 44 09 70 44

Contactez-nous

Marjorie Dumont-Crisolago

Présidente en charge de la direction commerciale et marketing
Email : md@preventech.net

Laura Gaspard

Chargée de communication
Email : lg@preventech.net

PREVENTECH CONSULTING

4 cité Paradis
75010 Paris

01 44 09 70 44